Aller au contenu principal

« La contractualisation est déjà chez Corali »

La coopérative d’éleveurs bovins a mis en place un système de contractualisation depuis deux ans.

© A.V.

La question de la contractualisation est sur le tapis depuis plusieurs années. Comment est abordée la question chez Corali ?

Frédéric Jabouille : Le contexte économique actuel est complètement différent de celui d'il y a deux ou trois ans. Vendre les produits des éleveurs, au nom des éleveurs, c'est exactement notre métier. Nous n'avons pas attendu la loi pour aller chercher de la valorisation de la production. Aujourd'hui, elle peut nous permettre d'avancer. Les éleveurs qui dirigent Corali sont complètement favorables à la loi Egalim. Elle apporte un fait nouveau : la prise en compte du prix de production pour vendre et pour valoriser des produits des éleveurs. Qu'ils puissent gagner leur vie, c'est une chose. Il faut surtout pérenniser leur exploitation et leur activité.La deuxième chose, c'est que la baisse de la production, en France comme dans notre région, est beaucoup plus forte que la baisse de la consommation. Notre difficulté est d'arriver à capter de la production. Et en même temps, depuis la crise sanitaire et pour des raisons de relation avec les consommateurs et de proximité, il y a une très grande demande pour les produits français. Pour le producteur, c'est très sécurisant et c'est une très grosse nouveauté.

À Corali, nous avons joué la carte de la qualité depuis une quinzaine d'années, avec notamment des produits haut de gamme, du Label Rouge en race limousine. Nous suivons la demande du consommateur.Philippe Soenen : Un éleveur qui n'arrive pas à gagner sa vie arrêtera tôt ou tard de produire et se découragera.La bonne chose, c'est qu'on tient enfin compte des coûts de production, au moins en partie. C'est plutôt rassurant. Même si les coûts de productions fluctuent tellement en ce moment que le prix de la viande a beau augmenter de 10 %, c'est insuffisant pour couvrir la hausse.

Retrouvez la suite de l'article dans La Vie Charentaise du vendredi 10 décembre 2021, disponible en kiosque et sur abonnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité