Aller au contenu principal

Gestion de l'eau
La chambre d’agriculture rétablit quelques vérités sur les réserves

Face à la presse le 21 novembre, le président de la CA 79, Jean-Marc Renaudeau, a tenu à déconstruire plusieurs idées reçues brandies par les détracteurs du projet des réserves.

"BNM mobilise des citoyens de bonne foi, mais sur des mensonges" a exprimé Jean-Marc Renaudeau.
© Chloe Poitau

Accompagner les agriculteurs à réaliser leurs engagements pour une agriculture durable, voilà le rôle de la chambre dans le projet des réserves de substitution, conformément au contrat d’objectifs signé avec le ministère de tutelle et au protocole de décembre 2018.

« Nous n’avons pas attendu ce projet pour entamer une transition agroécologique, indique Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture 79, lors d’un point presse le 21 novembre. Et le protocole va l’accélérer. L’agriculture a toujours répondu aux attentes de la société : on a demandé à nos parents et grands-parents de produire vite et beaucoup. Là, les attentes sont environnementales ».

Chiffres clés des engagements

S’appuyant sur le service Eau de la CA79, le président a rappelé la matérialisation du protocole de 2018 sur le terrain : « Les 70 irrigants des six premières réserves ont réalisé leurs diagnostics pour prendre des engagements de durabilité. Cela se traduit notamment par 47 engagements d’allonger les rotations, 22 de diversifier les cultures ou encore la plantation, d’ores et déjà programmée, de 25 km de haie (quand l’objectif est à 30 km) ». 

Pour lui et ses équipes, c'est par le cumul de ces actions que la réduction de moitié des IFT (indice de fréquence de traitement phyto) va être atteinte. « Toutes ces mesures y concourrent, souligne-t-il. Nous avons par ailleurs lancé les actions de formation obligatoire pour les 220 irrigants des réserves : pilotage de l’irrigation (en cours) et, dès 2023, agroécologie et alternatives aux phytos ».

L’agriculture a toujours répondu aux attentes de la société : on a demandé à nos parents et grands-parents de produire vite et beaucoup. Là, les attentes sont environnementales, a exprimé le président de la chambre d'agriculture 79

 

Fini le « tout maïs »

La conférence de presse a été l’occasion de tordre le coup à des idées reçues. « Dire que les réserves vont servir à arroser surtout du maïs, c’est vrai. Mais si on se place 20 ans en arrière ! », a indiqué Jean-Marc Renaudeau avant d’énoncer : « le maïs représente un tiers des surfaces aujourd’hui contre 80% hier, en proportion. Et il faut prendre en compte aussi que les surfaces irriguées ont diminué ».

Autre précision portée à la connaissance des journalistes présents : « de nos jours, le maïs est moins rentable et plus risqué. Ce qu’on voit de plus en plus dans les champs irrigués, ce sont des mélanges, des méteils, des couverts. Il faut de l’eau pour faire lever les couverts, et ce n’est pas un levier mesurable dès la première année. Faire de l’agroécologie, c’est jouer avec la nature, ça prend du temps ».

Un autre cliché a été déconstruit : le fait que les réserves ne profitent qu’à une poignée d’agriculteurs. Il a ainsi été rappelé que, dans les communes du bassin Sèvre niortaise-Marais poitevin où l'irrigation est possible, un quart des agriculteurs prélèvent de l’eau dans le milieu (chiffre qui monte à plus de la moitié à dans la partie sud-ouest du bassin). Que le projet est un pari qui sécurisera l’irrigation pour tous, raccordés ou non.

Que le BRGM a démontré que le niveau des nappes remontera au terme de la construction des réserves, qui permettront au passage de prélever 2/3 de moins dans le milieu qu’en 2015. 

« Autour de Sainte-Soline, il y a 26 irrigants dont 12 qui seront connectés à la réserve. Ces 26 ont 80 ha de moyenne, les 7 plus petits ont moins de 60 ha, les 7 plus grands entre 120 et 160ha » retrace Jean-Marc Renaudeau. Et de redire que l’emplacement des réserves a été choisi dans l’idée de supprimer les forages qui impactaient le plus le milieu en période estivale. 

Toutes les infos sur le projet des réserves accessibles sur via le QR Code ci-dessous : 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité