Aller au contenu principal

Hausse du prix du beurre industriel : ce n’est pas du gâteau

Depuis le début de l’année, le beurre se vend à prix d’or. Les éleveurs laitiers profitent-ils de cette amélioration ? Pas du tout. Cette hausse n’est pas répercutée dans les élevages.

La pénurie de beurre s’installe, pour autant, le prix du litre de lait reste stable.
La pénurie de beurre s’installe, pour autant, le prix du litre de lait reste stable.
© S.B.

En début d’année, le prix du beurre industriel atteignait 4 000 €/t. Le mois dernier, il culminait à presque 7 000 €/t. « Les cotations du beurre n’ont jamais été si élevées », constate Philippe Renaudet, responsable de la section lait de la Fnsea 86.
Pendant ce temps-là, chez les boulangers et les fabricants de biscuits, on ne goûte pas trop cette tendance lourde, servie déjà depuis trop longtemps. À la Biscuiterie Augereau, basée à Saint-Benoît, dans le Vienne, la grande spécialité, c’est le Broyé du Poitou. L’entreprise familiale utilise, chaque jour, pour sa fabrication, en moyenne 600 kg de beurre. Habituellement, Frédéric Augereau le paye 3,20 € le kg. Actuellement, il doit débourser 7 €. Et pourtant, impossible de se passer de cette matière première : « C’est 80 % du coût de fabrication du Broyé ! En fin d’année dernière, on avait déjà eu du mal à être approvisionné, mais les prix étaient corrects. » Depuis, la hausse s’accentue, et la situation devient difficilement gérable. « Le prix du beurre est passé, en une semaine en septembre, de 5 000 €/t à 6 000 €/t ! » Et chaque semaine, il devient encore un peu plus difficile de s’approvisionner.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité