Aller au contenu principal

Intempéries
Grêle : une aide régionale pour les cultures fourragères

Les dossiers pour obtenir cette aide forfaitaire, d'un montant de 50 à 75 €/ha, sont à déposer avant le 30 septembre prochain.

Cette parcelle de maïs des marais de bord de Gironde, à St-Bonnet-sur-Gironde (ici le 23 juin), a été frappée de plein fouet par la grêle.
Cette parcelle de maïs des marais de bord de Gironde, à St-Bonnet-sur-Gironde (ici le 23 juin), a été frappée de plein fouet par la grêle.
© Kévin Brancaleoni

La Région Nouvelle-Aquitaine a mis en place un dispositif d'aide destiné aux éleveurs situés dans les territoires touchés par l'épisode de grêle de juin 2022 impactant notamment les prairies et les cultures. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 30 septembre prochain.

L’objectif est de soutenir financièrement les éleveurs situés dans les territoires touchés par les épisodes de grêle de juin 2022 impactant notamment les prairies et les cultures, au moyen d’une aide forfaitaire à l’hectare, et de contribuer à la prise en charge du surcoût engendré par la mise en place de prairies et de cultures fourragères visant à pallier les pertes subies.

Conditions

Peuvent être bénéficiaires les exploitants agricoles qui exercent une activité agricole au sens de l’article L.311-1 du Code Rural et de la Pêche Maritime : exploitants agricoles personnes physiques (exerçant à titre individuel) âgés d’au moins 18 ans et n’ayant pas atteint l’âge prévu à l’article D.161-2-1-9 du Code de la Sécurité sociale, exploitants agricoles personnes morales (exerçant dans un cadre sociétaire ou en association) dont l’objet est agricole, ou encore établissements de développement agricole et de recherche, sous réserve qu’ils détiennent une exploitation agricole et exercent une activité agricole.

Sont également éligibles les groupements d’agriculteurs : structures collectives (dont les GIEE et les associations - hors GAEC), dont 100% des parts sociales sont détenues par des exploitants agricoles (au sens indiqué ci-dessus) ou qui sont composées exclusivement par des exploitants agricoles (au sens indiqué ci-dessus).

Les bénéficiaires doivent être éleveurs d’herbivores (titulaires d’un numéro de cheptel) et avoir le siège social implanté dans une zone touchée par les épisodes de grêle.

Montant et critères de sélection

L’aide forfaitaire, d’un montant de 50 €/ha à 75€/ha maximum, sera attribuée au bénéficiaire pour couvrir le surcoût engendré par la mise en place de cultures estivales.

Pour être éligibles, les surfaces déclarées doivent être au minimum de 2 ha et au maximum de 10 ha, les dates d’implantation doivent être comprises entre le 06/06/2022 et le 31/08/2022, et les dates d’achat des semences doivent être comprises entre le 06/06/2022 et le 31/08/2022. Les factures doivent être acquittées au moment du dépôt du dossier.

Les dossiers doivent être déposés avant le 30 septembre prochain (cachet de la Poste faisant foi) auprès de la Chambre d’agriculture départementale. Le dossier de candidature doit comporter a minima le formulaire de demande dûment complété et son annexe 1 « Déclaration de minimis » (fichiers disponibles sur le site de la Chambre d’agriculture de la Charente-Maritime) ainsi que les factures acquittées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Père et fils se lancent dans la culture de framboises à grande échelle
Face à une difficulté croissante à valoriser la production de céréales, Philippe Dinais s’oriente vers des cultures mieux…
Les futurs chevaux champions de saut naissent à Esse
La famille Courdent a lancé un élevage de chevaux de sport à Esse, spécialisé dans le saut d’obstacles.
Une installation synonyme de diversification
Théophile Baudoin va rejoindre la ferme familiale début 2024. À la production de viande bovine en place, il veut ajouter un…
Quand les enfants reviennent s’installer à la ferme
 Après avoir chacun expérimenté le salariat et d’autres milieux de travail, Dylan et Erwan Guynouard ont choisi de revenir sur l’…
Chanvre Mellois labellise sa production
L’entreprise des 14 agriculteurs associés de Chanvre Mellois accroit sa production et ses ventes, sécurisant encore son assise…
Fabrice tutore les jeunes pousses… d’éleveurs caprins !
Des acteurs du plan Capr’1 ont mis en place un système de tutorat caprin en Nouvelle-Aquitaine Pays-de-la-loire. Une dizaine d’…
Publicité