Aller au contenu principal

Le point sur le label bas-carbone
Feu vert pour les méthodes «haies» et «vergers»

© N.C.

Par deux décisions publiées au bulletin officiel le 26 novembre, le ministère de la transition écologique a officiellement approuvé deux nouvelles méthodes de réduction des émissions de gaz à effets de serre pour le label bas-carbone : la méthode « haies » et la méthode « vergers ». 

La première permettra à tous les exploitants s’engageant dans la plantation ou l’entretien durable de haies de vendre leurs crédits carbone sur le marché volontaire. Cette méthode s’appuie sur les données du projet Carbocage. Piloté par la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, ce projet avait rassemblé des entreprises, des collectivités, des agriculteurs pour la valorisation du stockage du carbone à travers un marché du carbone local autour de la haie.

La deuxième méthode avait été déposée par la compagnie des Amandes d’Arnaud Montebourg. Le levier ciblé, expliquent les entreprises, « est la plantation d’une culture fruitière pérenne (verger) sur une terre non cultivée actuellement pour cet usage ». Sont concernés les fruits secs, comme les amandiers ou les châtaigniers, les fruits à pépins (pommiers, poiriers), les fruits à noyaux (abricotiers, cerisiers, pruniers). Les petits fruits et l’olivier sont en revanche exclus. La méthode validée n’inclut pas non plus les actions mises en place « au sein d’un verger déjà installé ».

« Tout l’enjeu de notre mission a été de concilier les apports des experts en arboriculture avec les exigences du label bas carbone », explique Morgane Hénaff, manager chez Agrosolutions. D’après les chiffres officiels, cinquante projets forestiers auraient été lancés depuis 2019 dans le cadre des méthodes bas-carbone déjà validées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité