Aller au contenu principal

Et si on changeait la viande en vin ?

Invitée le 16 octobre à Bordeaux, par Interbev Nouvelle-Aquitaine, à une journée de réflexion sur les évolutions de la filière, l’anthropologue et marketeuse Geneviève Cazes-Valette ne s’inquiète pas de l’inexorable baisse de la consommation de viande.

Geneviève Cazes-Valette a mené une enquête en 2017 : près des deux tiers des sondés déclarent manger moins de viande ou prévoient de baisser leur consommation. Mais pour elle, la montée en gamme et la transparence des pratiques d’élevage vont dans le bon sens.
Geneviève Cazes-Valette a mené une enquête en 2017 : près des deux tiers des sondés déclarent manger moins de viande ou prévoient de baisser leur consommation. Mais pour elle, la montée en gamme et la transparence des pratiques d’élevage vont dans le bon sens.
© TBS

Entre 2015 et 2017, les vegans, végétaliens et végétariens n’ont pas converti au végétarisme, constate Geneviève Cazes-Valette, enseignante-chercheuse en anthropologie de l’alimentation et en marketing à la Toulouse business school (TBS). Bien qu’ils « s’agitent frénétiquement » - surtout les plus idéologisés, les vegans - dixit cette fille et épouse d’éleveurs de bovins viande, ils représentent moins de 3 % de la population française, selon ses deux dernières enquêtes, et ne font pas d’émules.

Certes, mais sur la sensibilisation au bien-être animal, « ils ont réussi leur coup », observe l’anthropologue. Dans ces deux enquêtes, de 2015 et de 2017, mais plus encore en 2017, près des deux tiers des sondés déclarent une baisse actuelle et une baisse prévue de leur consommation de viande. Et cette baisse est aujourd’hui essentiellement induite par le souci du bien-être animal, remarque Geneviève Cazes-Valette. Le souci pour sa propre santé passe au second plan, celui pour l’environnement au troisième plan.

« Que les gens soient sensibilisés aux conditions d’élevage, c’est plutôt bien, pense aussi l’anthropologue. Face aux vegans, ça ne sert à rien d’être revendicatif ou agressif. Pour moi, le mieux, ce sont les fermes ouvertes. Si je vous dis que vous pouvez venir voir ce qu’il se passe, vous allez être rassurés ». Et parce que nous sommes dans une société de l’image, Geneviève Cazes-Valette préconise aussi de miser sur les vidéos sur Internet. « Un bon éleveur connaît ses animaux, leur parle, n’a pas intérêt à les maltraiter. Il faut le dire et le montrer. On peut le promouvoir », enjoint celle dont l’époux caresse son troupeau de Limousines dans les prés aveyronnais chaque jour. Le respect dû aux hommes et leur rôle dans l’entretien des paysages ruraux, notamment dans les zones de montagne où l’essentiel de l’économie repose sur l’élevage, sont aussi à mettre en avant, selon elle.

Dans le cadre du Sommet de l’Elevage,une pétition a été lancée sur la plateforme change.org pour fédérer toutes les personnes ne cautionnant pas les attaques récentes contre les boucheries, les abattoirs ou les éleveurs.
Cette pétition est en ligne ici : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-non-au-totalitarisme-alimentai…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité