Aller au contenu principal

Volailles
Entre influenza et inflation, maintenir le cap de l’installation

Le projet d’installation de Nicolas Boche en tant que multiplicateur, à Val-en-Vignes, a pris de plein fouet les crises du H5N1 et de l’inflation. La demande toujours forte en volailles et le soutien de son groupement permettent à l’éleveur de le mener à bien.

© Chloe Poitau

Fin septembre 2023, 21 000 poules « 308 » (blanches standards) et quelque 2 500 coqs prendront leurs aises entre les deux lignes de pondoirs du bâtiment flambant neuf de Nicolas Boche de 3 060 m2 utiles, à Val-en-Vignes.

Le trentenaire décrit : « Mon métier, c’est de veiller à ce que poules et coqs soient dans les meilleures conditions (température, ration, gestion de la lumière…) pour procréer ».

Nicolas est ce qu’on appelle un multiplicateur.

Les œufs qu’il produit seront destinés aux couvoirs puis aux éleveurs de la filière volailles de chair. Il est le début de la chaîne. Son groupement Galina Vendée (ex Daviet, du groupe LDC) lui fournit les animaux, l’aliment, puis vient chercher les œufs une fois pondus.

Se lancer malgré les crises

La concrétisation du projet avicole de Nicolas fait suite à une carrière entamée jeune en agriculture : formation et apprentissages agricoles en vaches laitières et allaitantes, service de remplacement, salariat en caprin, puis chez Daviet et enfin chez BGB Avicole (ramassage et lavage de bâtiment). La repro volailles, qu’exercent aussi ses parents, est un métier technique qui lui plaît.

Après deux projets d’installation qui n’ont pas pu se faire, Nicolas sent que c’est la bonne : il présente son idée de bâtiment neuf, sur des terres familiales, à Galina Vendée, qui accepte et se porte caution pour lui auprès des banques.

Un soutien qui compte, car lorsqu’il reprend son parcours installation, les deux pires épisodes de grippe aviaire frappent les Deux-Sèvres et la Vendée.

En parallèle, le Covid puis la guerre en Ukraine font grimper un peu plus chaque mois l’inflation. « L’investissement total, sans compter les installations photovoltaïques, est de 1,4M€.

Galina Vendée accompagne avec une aide au à l’investissement au m2 sur la durée de l’emprunt. Le fait que je ne me trouve pas dans une zone dense d’élevage, le Thouarsais, a compté, je pense, pour la validation de mon dossier », exprime le futur aviculteur.

L’installation chez LDC (périmètre 79)

En 2021 et 2022, LDC a finalisé cinq installations en Deux-Sèvres et deux constructions de bâtiments chez des éleveurs installés. Antoine Pinon, commercial développement chez Bellavol (LDC), constate que « la tendance est au maintien des surfaces sur l’ensemble du périmètre Bellavol entre les départs et les nouvelles surfaces. Malgré des moments difficiles pour les remises en place des volailles, suite aux déblocages des zones influenza, les perspectives de marché à trois ans pour LDC sont en hausse sur le poulet du quotidien ». LDC verse une aide au démarrage des bâtiments et une aide aux vifs.

Apprendre à vivre avec la biosécurité

Nicolas a pensé son bâtiment avec des équipements de confort pour les animaux, mais aussi pour lui (entreprises Dugné et Applica soft...). Il ne souhaite pas forcément ajouter d’autres productions à son système : « C’est déjà pas mal pour l’instant ! Mais j’aimerais, quand ce sera possible, avoir un salarié à mi-temps pour me dégager du temps ».

Quant à l’influenza, il a appris par la force des choses à vivre avec.

Ayant déjà suivi trois formations à la biosécurité (par la chambre et deux groupements), il a intégré la problématique à l’exercice de son métier.

Son bâtiment inclut des douches obligatoires pour toute personne y entrant et un pôle lessive des vêtements. Un portique de désinfection des camions sera installé à l’entrée de l’exploitation. « Le risque, c’est qu’un lot de poulettes attrape le virus », lance-t-il.

La filière repro, en volailles, est celle que l’on protège en priorité en cas d’épidémie. Aussi Nicolas se montre-t-il plutôt serein, et impatient de commencer une production qui le passionne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité