Aller au contenu principal

Etiquetage
En produits transformés, l’obligation d’afficher l’origine du lait et de la viande est prolongée

La Fnsea et JA souhaitent que l’affichage obligatoire de l’origine des produits tranformés s’élargissent à tous les produits et toutes les filières de l’alimentaire.

© Saint-Rémy de Provence

C’est reparti pour un tour : l’expérimentation de l’affichage obligatoire de l’origine du lait et de la viande dans les produits transformés est prolongée jusqu’au 31 décembre 2021, prévoit un décret paru au JO le 29 mars. Déjà renouvelé une fois, ce test devait s’achever le 31 mars 2020. Il est reconduit à l’identique. Les fabricants sont donc toujours tenus d’afficher l’origine de la viande (si elle représente plus de 8 % du produit final) et du lait (au-delà de 50 %).

Dans un communiqué du 26 mars, la Fnsea et les Jeunes agriculteurs (JA) saluent « une nouvelle victoire pour la transparence ». Rappelant qu’ils s’étaient « battus pour obtenir cette première expérimentation », les syndicats majoritaires demandent que « cette obligation s’étende à tous les produits et toutes les filières ». D’après une évaluation réalisée pour le ministère de l’agriculture, l’affichage de l’origine dans les produits transformés « est sans impact sur le prix final des produits », soulignent-ils. Cette étude, publiée le 14 octobre, notait aussi que « si la mention de l’origine est largement souhaitée, son impact sur les comportements d’achat semble [...] globalement limité ».

La prochaine étape ? Une « action renforcée et harmonisée dans toute l’UE », espère le président de JA, Samuel Vandaele, sur Twitter. Le syndicalisme majoritaire demande à Bruxelles de « se positionner » sur son initiative citoyenne européenne (ICE) Eat Original, lancée avec la Coldiretti (Italie) pour « rendre la mention de l’origine obligatoire pour tous les produits alimentaires ». Clôturée en octobre 2019, elle a recueilli 1,1 million de signatures. Une demande soutenue par l’interprofession française du bétail et des viandes, Interbev : cité dans un communiqué du 27 mars, son président Dominique Langlois attend « que la commission légifère afin de pérenniser ces dispositions sur l’ensemble du marché européen ». D’après Culture Viande (industriels), « la Commission devrait proposer en 2020 un dispositif applicable à l’ensemble de l’Union. Mais à ce jour, le projet s’oriente vers une application volontaire des opérateurs. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Père et fils se lancent dans la culture de framboises à grande échelle
Face à une difficulté croissante à valoriser la production de céréales, Philippe Dinais s’oriente vers des cultures mieux…
Les futurs chevaux champions de saut naissent à Esse
La famille Courdent a lancé un élevage de chevaux de sport à Esse, spécialisé dans le saut d’obstacles.
Une installation synonyme de diversification
Théophile Baudoin va rejoindre la ferme familiale début 2024. À la production de viande bovine en place, il veut ajouter un…
Quand les enfants reviennent s’installer à la ferme
 Après avoir chacun expérimenté le salariat et d’autres milieux de travail, Dylan et Erwan Guynouard ont choisi de revenir sur l’…
Chanvre Mellois labellise sa production
L’entreprise des 14 agriculteurs associés de Chanvre Mellois accroit sa production et ses ventes, sécurisant encore son assise…
Fabrice tutore les jeunes pousses… d’éleveurs caprins !
Des acteurs du plan Capr’1 ont mis en place un système de tutorat caprin en Nouvelle-Aquitaine Pays-de-la-loire. Une dizaine d’…
Publicité