Aller au contenu principal

Deux-Sévriens, ils postulent à Miss et Mister agricole 2024

Le concours annuel Miss et Mister France agricole bat son plein sur Facebook. Mis en place par une association dédiée, il vise à promouvoir l'agriculture de façon positive en élisant quatre ambassadeurs parmi les agriculteurs, étudiants ou salariés candidats.

Elle n'a que 16 ans, mais les idées bien claires sur le parcours qu'elle veut suivre. Jade Collardeau, étudiante à Melle, voudra reprendre le cheptel de la ferme familiale à Villiers-sur-Chizé : 180 Blondes d'Aquitaine, au sein duquel elle évolue comme un poisson dans l'eau. 

"En agriculture, on apprend des choses chaque jour. Je sais faire les piqûres, écorner, aider au vêlage. Et j'ai mes chouchous : le taurillon avec lequel je suis en photo, ou bien Grace Kelly, une vache que je mène en concours depuis des années".

Elle vise un BTS Productions animales à Dax, établissement reconnu pour son travail sur la génétique, particulièrement sur les Blondes d'Aquitaine.

Votes jusqu'au 8 décembre

Pour l'heure, c'est Jade, et non les animaux de sa ferme, qui concourt cette année au titre de Miss France agricole junior. Il est possible de voter pour elle jusqu'au 8 décembre sur la page du concours, en likant sa photo. 

Un jury aura ensuite la tâche ardue de départager les 20 candidats ayant reçu le plus de "j'aime" pour décerner quatre couronnes : une Miss et un Mister, et un autre duo catégorie junior (entre 15 et 17 ans).

Habitués des concours

De nombreuses candidatures émanent des Deux-Sèvres pour le titre de Miss ou Mister. Lequel aura la mission, une fois élu, de représenter la profession lors de salons, sur les réseaux sociaux ou auprès des médias.

Jade Collardeau aborde le concours comme elle aborde les concours d'animaux : "Il y a trop peu de jeunes, et trop peu de femmes. Or nous avons notre place et je veux le montrer !"

Plus au nord du département, à Fomperron, Yanis David est aussi un habitué des concours d'animaux, où il emmène les Parthenaises de l'exploitation familiale.

 "J'ai cette passion depuis tout petit, grâce à mon papa. J'adore participer aux concours car c'est dans ces moments-là que nous tissons d'énormes liens avec les animaux. Cela nous permet également de se retrouver entre éleveurs et d'échanger sur nos pratiques. Je fais Mister agricole car je trouve que c'est un moyen de faire parler des agriculteurs, et de casser les préjugés sur l'agriculture".

Les non issus du milieu sont dans la place !

Simon Habrioux, salarié maraîcher aux Saveurs de Gâtine à Secondigny, tente aussi sa chance au titre de Mister agricole. À 20 ans, Simon a trouvé sa vocation en passant du temps chez des amis volaillers, lui qui se destinait au départ à l'aménagement paysager. "Je trouve l'agriculture plus variée, il y toujours quelque chose de différent à faire". S'il ne recherche pas la notoriété, Simon participe avant tout pour passer un message : "Je veux montrer à tous ceux qui ne sont pas issus de l'agriculture qu'il est possible d'y arriver, il faut croire en soi ! Et montrer que si chacun de nous s'efforce de consommer local, l'agriculture française a de beaux jours devant elle".

Laurie Richard, TikTokeuse chevronnée

Parler de son quotidien d'agricultrice n'est pas nouveau pour Laurie Richard, qui cumule plus de 11 000 "followers" sur son compte TikTok. "J'ai commencé pendant le confinement à faire des petites vidéos et des sketchs", explique celle qui vient de finaliser son installation au sein du Gaec des Bords de l'Autize, à Pamplie, à 21 ans à peine. "Je suis sur l'atelier caprin avec mon parrain, les autres productions de la ferme sont les vaches laitières (65 VL en livraison à Pamplie) et des Parthenaises. Les 400 chèvres produisent du lait pour la fromagerie Johnny Blanc, à Parthenay". Ce qu'aime particulièrement Laurie ? "La traite, qui me permet d'être proche des animaux et de rester mobile". Laurie suit les concours Miss et Mister France agricole* depuis un moment. "J'aimais bien Perrine, Miss agricole Junior 2019. Il y a souvent des Miss céréalières, ce serait bien d'en revoir issues de l'élevage !" Elle ne sera pas déçue si elle n'est pas élue, mais sera très heureuse si elle l'est, notamment pour participer, en tant qu'ambassadrice agricole, au SIA 2024 ou encore au Sommet de l’Élevage et autres événements. Alors elle ne souhaite passer qu'un seul message aux lecteurs d'Agri 79, avec le sourire : "Votez pour moi !" À vos clics jusqu'au 8 décembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité