Aller au contenu principal

Coronavirus : des millions de fleurs détruites chaque jour aux Pays-Bas

© piqsels

En pleine saison des tulipes, les horticulteurs néerlandais se voient contraints de détruire des millions de fleurs chaque jour, une situation inédite causée par la pandémie du nouveau coronavirus qui a fait chuter la demande. D'énormes tas de tulipes, roses, chrysanthèmes et autres plantes s'alignent depuis une semaine dans le plus grand marché aux fleurs du monde, obligé de se débarrasser d'une majorité de sa production face à une montagne d'invendus. « La seule solution est de les détruire », regrette Michel van Schie, porte-parole de la coopérative Royal FloraHolland, le géant néerlandais de l'horticulture. « Le marché aux fleurs aux Pays-Bas existe déjà depuis plus de 100 ans, et c'est la première fois que nous sommes confrontés à une telle crise », a-t-il déclaré à l'AFP. Royal FloraHolland estime que « 70 à 80% de la production totale (de fleurs) est en train d'être détruite » aux Pays-Bas, les producteurs néerlandais recourant à la même solution dans leurs propres pépinières. La fermeture des marchés et commerces, ainsi que le confinement de la population ordonné dans plusieurs pays d'Europe, entraînent des conséquences « dramatiques » pour le secteur horticole néerlandais, déplore Prisca Kleijn, directrice de l'Association royale des producteurs de bulbes (KAVB).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Moissons 2022 : le changement climatique s'annonce
Les moissons ont débuté très précocement cette année sur le territoire, à l’issue d’un printemps sec et chaud. Les…
Un abattoir à la ferme près de Champdeniers
 En une dizaine d’années, Magalie et Antony Papet ont expérimenté plusieurs aspects du métier d’éleveurs : salariat, vente…
« L’animal reflète l’humain », atteste la comportementaliste Pauline Garcia
De l’audiovisuel à l’élevage, il y a un pas que peu franchissent. Pauline Garcia l’a fait, en développant une activité de…
« Plus rien de rationnel »

Le début des moissons en ce début juin est certes timide, mais remarquable. « Des années comme celles-ci…

Une supplémentation pour valoriser la ration
Des extraits de plante, incorporés aux granulés, améliorent le processus de digestion des bovins, réduisant les risques d’acidose…
Les convois agricoles et les règles de la route
À l’heure de la récolte, les engins, moissonneuses, tracteurs et remorques de grains ou de paille, presse à balles rondes,…
Publicité