Aller au contenu principal

Social
À Boussais, La Riberderie : une ferme-outil pour l'insertion

Nichée au cœur de la campagne, entre Parthenay, Thouars et Cerizay, la ferme de la Riberderie offre un environnement parfait pour se recentrer, apprendre et rebondir. C'est d'ailleurs l'association Rebonds qui la porte depuis son ouverture en 2015.

Au départ, il s'agissait d'offrir un accueil spécifique aux jeunes en situation difficile que l'association Rebonds suivait.

« Nous voulions leur proposer un cadre différent et des activités de remobilisation autour du maraîchage, de la cuisine, du petit élevage et du bricolage, raconte Magali Le Monsonnec, cheffe de service à la ferme de la Riberderie. Néanmoins, rapidement, nous avons constaté un décalage entre l'ambition de départ, miser sur la participation des jeunes aux activités de production agricole, et leurs capacités en termes d'attention et d'engagement. Ils ont une fatigabilité importante et des problèmes de comportement parfois. Or les activités de maraîchage demandent beaucoup de sérieux et de discipline pour planter, récolter, peser, vendre et livrer les commandes ».

Les activités de maraîchage demandent beaucoup de sérieux et de discipline pour planter, récolter, peser, vendre et livrer les commandes.

Prendre confiance avec trois ateliers

Depuis l'année dernière, la Riberderie mêle ainsi deux projets : permettre à des jeunes entre 10 et 18 ans de découvrir et de contribuer à différentes activités de la ferme, et offrir un dispositif d'insertion fondé sur le travail à des adultes très éloignés de l'emploi pour les revaloriser, développer leurs compétences et les aider à se projeter.

Huit salariés en insertion travaillent 26 heures par semaine sur la ferme. Trois activités leur sont proposées. Le maraîchage d'abord, qui prend 80 % de leur temps entre traction animale, plantations, récoltes, tri, pesées, préparations de commandes et vente sur le marché de Cerizay tous les mercredis matin. Ils s'occupent également des 60 poules pondeuses. Enfin, ils transforment les produits de la ferme dans une cuisine professionnelle pour valoriser les légumes et fraises en confitures, soupes, confits et coulis.

Ils se remettent en selle socialement quand ils sont en charge de vendre sur le marché. 

« Cela leur permet d'apprendre la rigueur, l'autonomie, le travail en équipe. Ils se remettent en selle socialement quand ils sont en charge de vendre sur le marché. Ce n'est pas un projet agricole, c'est plutôt un outil pour les remobiliser et les aider à définir ou redéfinir leur projet professionnel avec la conseillère d'insertion professionnelle (CIP) qui fait partie de notre équipe d'encadrants », explique Pierre Gayraud, chef de culture et encadrant maraîchage à plein temps sur la ferme.

Les personnes accueillies sur le chantier d'insertion de la Riberderie ont en effet des parcours de vie, des âges et des tempéraments très différents. Certains, comme Stéphane, 42 ans, ont déjà une formation agricole et veulent se lancer dans le secteur. Mais d'autres, comme Zaïdou, mère de quatre enfants vivant à Thouars et n'ayant jamais travaillé, ont besoin de découvrir leurs capacités pour peu à peu s'orienter, faire des stages et finalement développer leur employabilité.

Prendre soin du vivant

« Les encadrants confient et personnalisent les tâches à réaliser en fonction des capacités et appétences de chaque personne. Certains ont un handicap, d'autres ne savent pas lire, d'autres ont du mal avec les chiffres, d'autres encore sont plutôt renfermés, bref le maraîchage en particulier et la ferme en général sont de beaux outils pour les faire reprendre confiance et monter en compétence », souligne Magali Le Monsonnec.

La ferme prend soin des personnes en difficulté, mais aussi des ressources du territoire et de la biodiversité. C'est pourquoi tous les produits bruts et transformés de la Riberderie sont bio et vendus en circuits courts. C'est pourquoi les espèces locales sont mises à l'honneur : la ferme compte ainsi des chevaux de trait Mulassiers du Poitou, chèvres poitevines ou poules de Marans.

La ferme de la Riberderie compte bien accueillir plus de jeunes en difficulté et adultes éloignés de l'emploi demain. Un bâtiment est en construction et devrait permettre d'accroître les activités et l'impact humain et social de la ferme à partir de janvier 2024.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité