Aller au contenu principal

Beurre AOP Charentes-Poitou : gagner en valeur ajoutée

Nouveau cahier des charges, nouveau logo, nouveaux projets en cours : le syndicat des laiteries met tout en oeuvre pour continuer à dynamiser la filière avec en ligne de mire, la valeur ajoutée.

Laurent Chupin, Joseph Giraud, Patrick Roulleau ont présenté les actions et les projets du syndicat des laiteries.
Laurent Chupin, Joseph Giraud, Patrick Roulleau ont présenté les actions et les projets du syndicat des laiteries.
© AC

Même si 2020 a été atypique en raison de la conjoncture sanitaire, le syndicat des laiteries continue à garder le cap. Le nouveau cahier des charges et sa mise en application sont le « gros » dossier en cours. Certes, Patrick Roulleau, le président reconnaît, lors d'une conférence de presse à quelques minutes de l'assemblée générale, le 23 mars,  qu'il est « plus contraignant et conduit à revoir les pratiques des éleveurs », mais estime qu'« il nous appartient d'obtenir de nos clients la juste rémunération du beurre pour couvrir les surcoûts de ces efforts. » Chaque année, 600 exploitations seront contrôlées (soit 30 %) soit par Bureau Véritas ou par l'ODG.  
Le syndicat veut aussi « préparer l'avenir » avec d'autres projets. « Nous travaillons sur l'éco-conception du produit qui va de la production laitière jusqu'à la consommation. Nous nous penchons aussi sur la crème. C'est un produit qui se consomme de plus en plus; Nous souhaitons constituer un dossier pour une crème AOP », annonce Joseph Giraud, le directeur. Un travail est également en cours pour un site internet. « Il accompagnera les producteurs par rapport à la démarche et l'enregistrement pour l'AOP » précise Laurent Chupin, directeur de service.

Export : + 4,46 %

D'une façon globale, les ventes réalisées en grande distribution ont fortement augmenté (+7,5  % en volume). « Avec la crise sanitaire, les gens ont modifié leurs comportements en cuisinant davantage », explique Joseph Giraud.
Du côté de la commercialisation, le beurre AOP Charentes Poitou a vu une baisse de ses volumes de 4,43 % avec 26 582 tonnes contre 27813 en 2019. Dans la répartition, la GMS représente 30 % (26 % en 2019), du tonnage, l'industrie alimentaire 45 %, (contre 47 % l'année précédente) et le Foodservice 25 % et deux points de moins en 2019.
La bonne note vient de l'export (Chine et Russie) avec une hausse de 4,46 % avec 2951 tonnes vendues contre 2825 en 2019.

Un nouveau logo

Avec la Covid19, les consommateurs ont mesuré toute l'importance de continuer à produire des produits alimentaires de proximité et ainsi mieux pris conscience de l'intérêt de conserver des filières locales. Ce lien qui s'est tissé doit perdurer notamment avec plus de communication en « lien direct » avec des animations régionales, les réseaux sociaux. La commission communication a mené une réflexion sur un nouveau logo. Les couleurs sont les mêmes, le logo est plus visible et pour bien accentuer le bassin Charentes Poitou, des vagues rappellent la mer. « La valorisation passe aussi par la communication », explique le président. Les salons et les manifestations prévus dans le cadre du programme « Enjoy » avec les huîtres Marennes Oléron et les vins de Chabli n'ont pu avoir lieu l'année dernière. D'autres actions ont donc été réalisées avec le concours de la Région et l'Agence Alimentaire de Nouvelle-Aquitaine, via une campagne télévisée.
Avec toutes ces actions et ses projets, le président veut, « avec l'implication de tous », gagner « cette marche vers la valeur ajoutée ». Pour lui, c'est « la seule voie pour conserver une filière laitière dynamique, une diversité de nos territoires et une vie économique et sociale vivante sur notre bassin ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Publicité