Aller au contenu principal

Irrigation
Attention à la tacite reconduction des contrats d'électricité

Patrice Foucher, agriculteur irrigant de La Chapelle-des-Pots, a été confronté dès l’an passé à une flambée de son coût de l’énergie. Cette année, il est parvenu à négocier un contrat plus avantageux et travaille sur la réduction de sa consommation.

Pour faire baisser sa consommation d’énergie en irrigation, Patrice Foucher a modernisé ses pompes et fait le choix de recourir à des pivots plutôt qu’à des enrouleurs.
Pour faire baisser sa consommation d’énergie en irrigation, Patrice Foucher a modernisé ses pompes et fait le choix de recourir à des pivots plutôt qu’à des enrouleurs.
© Kévin Brancaleoni

Dans le contexte de la hausse généralisée des tarifs de l’électricité, Patrice Foucher, céréalier et viticulteur à La Chapelle-des-Pots, fait figure d’exception. « Mes tarifs vont baisser… Mais ils étaient très hauts », explique-t-il. C’est en fait l’an dernier, lors de la tacite reconduction de son contrat, que les prix s’étaient envolés. « J’étais à environ 180 €/MWh en moyenne », explique le président de l’ASA Charente Aval. Mais il ne s’en est pas rendu compte dans l’immédiat, ayant moins recours à l’irrigation du fait d’une évolution de son assolement suite au déclenchement de la guerre en Ukraine : les tournesols, moins demandeurs, ont gagné des surfaces sur le maïs. Il a tout de même dû débourser pas moins de 35 000 € d’électricité pour ses 42 ha irrigués l’an passé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité