Aller au contenu principal

Bio 
Absents des manifestations, les bio veulent faire entendre leur voix

Sans appeler à manifester, les exploitants bio cherchent aussi à se faire entendre. Des aides financières sont attendues pour soutenir la filière.

Les membres d'Agrobio 79 ont expliqué leurs revendications à la députée Delphine Batho mercredi 31 janvier.
Les membres d'Agrobio 79 ont expliqué leurs revendications à la députée Delphine Batho mercredi 31 janvier.
© Agrobio 79

Dans les flyers distribués aux automobilistes arrêtés aux ronds-points, les adhérents de la Fnsea et de JA 79 dénoncent en premier lieu l'accumulation de normes, et de contraintes administratives qui en découlent. Si ce n'est pas, loin de là, leur seul motif de colère, c'est celui qui est régulièrement mis en avant. 

C'est principalement ce point de désaccord, " et parce que nous ne sommes pas un syndicat ", stipule Jérôme Truteau, administrateur d'Agrobio 79, qui fait que l'organisme n'appelle pas ses adhérents à manifester. " C'est même indispensable d'être exigeant. Le bio va plus loin que les normes. On n'en souffre pas car cela a du sens. La qualité de l'alimentation implique ce type de contraintes ", assène Claire Guillet, paysanne-boulangère à Saint-Varent.

Lire aussi : Réunis sur les ronds-points, ils dénoncent ce qui ne tourne pas rond

Un État peu réactif

Néanmoins, si les agriculteurs bio ne sont pas contre ces lourdeurs administratives, ils estiment que la réciproque doit également être vraie et que l'État doit être plus réactif dans le traitement des dossiers. Et ce ne sont pas les exemples qui manquent. 

Ainsi, l'éleveur de Chef-Boutonne attend toujours son paiement pour le premier pilier des aides Pac, qui devrait intervenir au 7 février, alors que celui du deuxième pilier est attendu pour le deuxième trimestre, en lieu et place du 15 mars. En cause, un bug administratif lorsqu'il a fusionné son entreprise individuelle avec l'Earl de ses parents en mars dernier pour en faire un Gaec. Une fusion d'ailleurs considérée par les services de l'État comme une deuxième installation, lui faisant perdre les quatre années d'aides à l'installation restantes.

Trois demandes

En accord avec la fédération nationale, les bios deux-sévriens réclament trois choses :

  • La première est un plan d'urgence à 271 M€, qui est le manque à gagner estimé par les exploitations en place en France.  
  • Ensuite, ils souhaitent une revalorisation de la rémunération environnementale des fermes bio à 145 €, "comme promis initialement", soulignent les administrateurs, au lieu des 92 € actuels. 
  • Enfin, ils espèrent la mise en place des paiements pour services environnementaux (PSE) afin de faire reconnaître les services rendus par ce type d'agriculture.
    Un rendez-vous est prévu avec la préfète du département mercredi 7 février pour porter ces revendications.

Lire aussi : À Bressuire et Melle, place aux débats

Un besoin de financement

Si les membres d'Agrobio 79 axent leurs demandes sur des aides concrètes, c'est bien pour assurer la survie des exploitations, pensent-ils. "Avec la dernière aide de 50 M€, cela représentait 833 € par ferme", a calculé Jérôme Truteau. Une somme dérisoire pour assurer la pérennité du système.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Timothée Goudeau, non issu du milieu agricole, est actuellement en parrainage sur une ferme bovine à Boisragon.
Pâturage tournant et ACS : Timothée raisonne son projet

À Boisragon, l'apprenti Timothée Goudeau se prépare à reprendre la ferme de bovins allaitants de Philippe Juin, qui part à la…

Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
En attendant l'arrivée des pigeons début septembre, Kenny Violette aménage pour mécaniser au maximum la production.
S'installer en pigeons : un projet sécurisant et familial

Kenny Violette va relancer un élevage de pigeons à Gourgé à la fin de l'été. Un projet qui lui permet d'assouvir son rêve d'…

Publicité