Aller au contenu principal

Vins charentais
Vins des pays charentais : « On se doit d’être incontournables »

C’est à Saint-Porchaire, au château de la Roche-Courbon, que le Syndicat des vins charentais a tenu son assemblée générale. Le président a invité la cinquantaine de participants à être « fiers de leurs produits ».

L’assemblée générale a été l’occasion de montrer virtuellement la future maison des Vins Charentais, à Cognac.
© Laurence Guilemin

Le plaisir de se retrouver en présentiel planait, vendredi 29 avril, lors de l’assemblée générale des vins charentais, à Saint Porchaire. Et le président Thierry Jullion ne boudait pas son plaisir, ainsi que Jean-Jacques Biteau, d’être « les maîtres de cérémonie ».

L’actualité de ces dernières semaines a été abordée. Le gel de début avril a impacté les îles d’Oléron et de Ré. « Mais il faut attendre la sortie du contre-bourgeon. Pour l’instant, nous ne savons pas trop », a indiqué le président. Les tensions géopolitiques amènent le président à dire « qu’il fait bon de rester ici » et logiquement à parler des circuits-courts, une commercialisation dont il est adepte depuis très longtemps.

Pas de vin à moins de 5 €."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

Exploitants et chefs d’entreprise face à l’incertitude de la reprise d’activité
Les éleveurs désœuvrés cherchent une activité pour ne pas broyer du noir. Les entreprises de l’aval mettent au chômage partiel…
À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
Le Logis du Mortier mise sur la fraîcheur
Alain Lucas a su transformer l’exploitation familiale en mauvaise santé à l’époque en y injectant des nouveautés, telle que la…
Publicité