Aller au contenu principal

Equarrissage
Vent debout contre l’augmentation du coût de l’équarrissage

Suite à la décision prise par les interprofessions de ruminants, au premier rang desquelles l’Anicap, d’augmenter le coût de l’équarrissage pour les éleveurs de caprins, la Fnsea Poitou-Charentes a signifié son désaccord en parlant d’une hausse inacceptable.

Camion servant à ramasser les animaux morts sur les exploitations.
Camion servant à ramasser les animaux morts sur les exploitations.
© N. C.

Suite aux désengagements de l’état sur le financement de l’équarrissage des ruminants et le principe d’une mutualisation entre filières ayant été écarté, la filière caprine s’est retrouvée confrontée à devoir trouver une solution pour financer 1,6 million d’euros. Cela, afin de maintenir le principe de mutualisation à l’intérieur de la filière et éviter aux éleveurs de payer l’enlèvement des cadavres directement aux équarrisseurs et à des tarifs non négociés.
Suite aux refus des abatteurs de participer aux financements de cette charge, la décision a été prise d’augmenter la Cotisation volontaire obligatoire amont des éleveurs de caprins. Cela se traduit par une CVO qui passe de 0,32€ à 1,84€ HT par chèvre pour les reproducteurs de plus de 6 mois et de 0,031 à 0,2€ HT par chevreau. Aussi, pour un troupeau caprin de 500 chèvres, la taxe passerait de 161 € à 920 €, ce qui est inadmissible pour Jean François Bernard, président de la section caprine de la Fnsea Poitou-Charentes.  Et de poursuivre : « Largement fragilisés par la faiblesse des prix de leurs produits et par la mauvaise répartition des marges dans la filière depuis trois ans, les éleveurs n'ont pas besoin de taxe supplémentaire ». 
Réunie en conseil d’administration, mardi 7 janvier, la Fnsea 79 entend dénoncer cet accord interprofessionnel sur la taxe d'équarrissage qui multiplie par six la facture pour les éleveurs de caprins.  Tous les membres du conseil se sont accordés sur le fait que cette hausse est intolérable et que des solutions doivent être trouvées rapidement par les organisations nationales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité