Aller au contenu principal

Exposition
Une pluie d’archives sur l’eau à travers les siècles

Les Archives départementales accueillent, jusqu’au 30 avril, l’exposition « A la conquête de l’eau » ou le rapport de l’homme à l’eau au fil du temps.

« Jadis, l’eau était la propriété du roi », précise Pascal Ravard.
« Jadis, l’eau était la propriété du roi », précise Pascal Ravard.
© DR

Al’image de la rivière qui déborde de son lit, les archives sont sorties de leur tiroir pour s’exposer   et décharger leur flot d’informations sur l’eau au gré des époques. « Le fil conducteur de l’exposition est le rapport de l’homme à l’eau à travers les siècles », souligne Pascal Ravard, responsable en partie de la scénographie. Un rapport pétri de méandres tantôt harmonieux tantôt dévastateurs décrits par l’exposition « A la conquête de l’eau » aux Archives départementales. 

Amie ou ennemie

L’eau ennemie, quand elle emporte tout sur son passage. Si bien que l’homme tente de la canaliser, comme en 1393 où   sur un parchemin,  Jean Duc de Berry confirme le droit de barrage pour réparer les murs, les ponts et les portes de la ville de Niort pendant un an. De ce caractère impétueux de l’eau et des dégâts engendrés, naîtront les ponts, les viaducs et les gués dans un département où se prélassent 495 rivières, deux Sèvres et un marais.

L’eau amie, car source de richesses avec la pêche, l’irrigation pour l’agriculture et le traffic fluvial. Des plans aquarellés réalisés par un ingénieur de l’époque sont d’ailleurs accrochés aux cimaises. Ils représentent le projet de perfectionnement de la navigation et l’aménagement des marais du bassin de la Sèvre. 

Plus loin, s’exposent des lettres d’ingénieurs des Ponts et chaussées, de la préfecture, des délibérations de conseils municipaux... l’eau a fait et continue à faire  couler beaucoup d’encre. Des relevés d’analyses bactériologiques sont également présentés. Des écrits datant du début du 20e siècle où la demande croissante en eau, les épidémies et la pollution rendent l’assainissement indispensable. 

L’eau également comme créatrice de lien social, au lavoir (endroit où les hommes n’étaient pas admis) qui réunissait les femmes pour, certes des tâches pénibles, mais aussi un moment de bavardage.

Au travers d’objets, de tableaux et d’archives, les différentes facettes de l’eau sont donc explorées et dessinent les contours d’une richesse au caractère bien trempé. Que l’homme tente à la fois de dompter et de protéger. 

Archives départementales : 26, rue de la Blauderie à Niort, tél. 05 49 08 94 90. Exposition gratuite, visible jusqu’au 30 avril, du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h et les dimanches 21 février, 4 et 21 mars, de 14 h à 18 h. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Ambiance Terre : le plus gros événement agricole en Deux-Sèvres s’organise

Nouvelle année et nouvel essai pour reprogrammer Ambiance Terre, l’événement de promotion des métiers agricoles…

Il construit lui-même son semoir en semis direct
Polyculteur éleveur à Vérines (17), Jérôme Rivasseau n'a pas été suivi par sa Cuma pour s’équiper d’un semoir en semis direct. Qu…
La Fnsea 79 va lancer sa société dédiée au photovoltaïque
Avec l’intention de répondre aux besoins exprimés par ses adhérents, mais aussi par des agriculteurs voulant compléter leurs…
Des vaches Angus pour valoriser les prairies gâtinaises
Le 2 décembre, le Sertad (syndicat des eaux) et Bio Nouvelle-Aquitaine animaient une rencontre à l’EARL des Bouchauds, à Saint-…
Miniatures agricoles : petite échelle mais grande passion
À l’approche de Noël, les concessions de matériels agricoles mettent les jouets à l’honneur sous le sapin. Les tracteurs et…
Six acteurs agricoles demandent à l'Etat de garantir la sécurité des biens et des personnes
En amont de la mobilisation programmée le 15 janvier à Mauzé par le collectif Bassines Non Merci, la Fnsea79, JA79, la chambre d'…
Publicité