Aller au contenu principal

Une mission pour évaluer les dégâts de grêle

Depuis la fin du mois de mai, de violentes intempéries ont frappé de nombreuses régions françaises, comme encore ces derniers jours dans le Centre-Val-de-Loire et le Sud-Ouest. Afin d’évaluer le plus rapidement possible les dégâts subis par le monde agricole, Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, lance une mission flash pilotée par les experts du Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux (CGAAER).

Dans le nord de la Vienne, les vignes sont entièrement détruites.
© Elisabeth Hersand

De nombreuses régions françaises ont déjà été frappées par des orages de grêle, notamment les 20 et 21 mai, les 3 et 4 juin puis de nouveau dans les nuits du 20 et 21 juin. La région Centre-Val-de-Loire et le Sud-Ouest, et notamment, la Vienne, la Charente et les Deux-Sèvres ont été particulièrement touchés, essuyant localement de lourdes pertes pour les productions viticoles, arboricoles, maraichères et les grandes cultures.

De plus en plus violents et récurrents, marquant le changement climatique auquel nous faisons collectivement face, ces phénomènes extrêmes viennent anéantir le fruit du travail déjà difficile des agriculteurs de notre pays, mettant également en difficulté notre indispensable souveraineté alimentaire.

Dès ce mercredi 22 juin, Marc Fesneau, ministre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire, a décidé de mettre en œuvre une mission flash pour soutenir les agriculteurs touchés et faciliter les premières estimations des dégâts agricoles. Cette mission « flash » se déroulera au plus près des acteurs de notre agriculture, en lien avec les assureurs, pour une durée de deux semaines. Elle rendra au ministre une première estimation documentée de l’ampleur des dégâts de ces épisodes de grêle. Elle proposera le cas échéant des éléments pratiques pour mieux adapter les outils actuels et futurs aux besoins des agriculteurs, face à ces phénomènes climatiques intenses.

La mission sera composée de trois membres du CGAAER et remettra son rapport dans deux semaines.

« Nos agriculteurs sont en première ligne face aux effets du changement climatique. En tant que ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, mon message est très clair : nous sommes à leurs côtés et le serons toujours. Avec cette mission, nous allons évaluer précisément les dégâts dans des délais très courts. Cela nous permettra aussi de dégager des leviers d’adaptation à court et moyen termes pour être encore plus résilients. Il en va du travail de nos agriculteurs et de notre souveraineté alimentaire » a déclaré le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Moissons 2022 : le changement climatique s'annonce
Les moissons ont débuté très précocement cette année sur le territoire, à l’issue d’un printemps sec et chaud. Les…
Un abattoir à la ferme près de Champdeniers
 En une dizaine d’années, Magalie et Antony Papet ont expérimenté plusieurs aspects du métier d’éleveurs : salariat, vente…
« L’animal reflète l’humain », atteste la comportementaliste Pauline Garcia
De l’audiovisuel à l’élevage, il y a un pas que peu franchissent. Pauline Garcia l’a fait, en développant une activité de…
« Plus rien de rationnel »

Le début des moissons en ce début juin est certes timide, mais remarquable. « Des années comme celles-ci…

Le premier CS avicole de la région ouvre en septembre
Impulsé par les professionnels de la filière, le premier certificat de spécialisation avicole ouvrira ses portes en septembre au…
Une supplémentation pour valoriser la ration
Des extraits de plante, incorporés aux granulés, améliorent le processus de digestion des bovins, réduisant les risques d’acidose…
Publicité