Aller au contenu principal

Action syndicale
Une action : deux cibles

La FDSEA et les JA appellent à manifester vendredi 7 novembre, à 10 h, devant la sous-préfecture de Parthenay.

Face à l’inertie des pouvoirs publics, et juste avant la tenue de la conférence sur le revenu programmée le 12 novembre, la FDSEA et les JA ont décidé de passer à l’action. Un appel à manifester vient d’être lancé pour un rassemblement vendredi 7 novembre, à 10 h, devant la sous-préfecture de Parthenay.
Cet appel répond aussi à un mot d’ordre national lancé par la FNSEA et les JA.
La FDSEA et les JA visent deux cibles. Dans un premier temps, les pouvoirs publics qui ne répondent pas à la détresse du monde de l’élevage, qui doit faire face à des hausses de charges sans précédent. Et dans un deuxième temps, les GMS et les consommateurs, le syndicalisme dénonce l’attitude des GMS et souhaite communiquer auprès des consommateurs sur le fait  que les agriculteurs et les prix à la production ne sont pas à l’origine de la baisse du pouvoir d’achat.

De multiples revendications
Les revendications sont nombreuses, tant la situation est dégradée. Face aux pouvoirs publics, la FDSEA et les JA demandent des mesures immédiates pour redonner de l’oxygène aux trésoreries : annuité blanche, exonération de la TFNB, prise en charge de cotisations sociales.
Mais au-delà des mesures d’urgence, une réflexion doit s’engager sur le bilan de santé de la PAC. Le syndicalisme demande le maintien des systèmes de régulation de marché, des prix rémunérateurs et la prise en compte des handicaps de production, notamment pour la filière d’élevage.
Par cette action, la FDSEA et les JA souhaitent aussi alerter les consommateurs et mettre à l’index les GMS, avec pour message « on ne préservera pas le pouvoir d’achat sur le dos des paysans ».
Il y a urgence à faire la transparence sur les prix, et une communication positive sur le produit. Les GMS devront également s’expliquer sur la « non » répartition des marges.
La FDSEA et les JA appellent tous les agriculteurs à manifester. Cette action et les revendications concernent toutes les productions.

Déroulement de l’action
La mobilisation doit être en lien avec l’ampleur de la crise.
Éleveurs de bovins et d’ovins, producteurs de lait, aviculteurs, cuniculteurs, producteurs de céréales et oléagineux, sont tous concernés par cette action. Laquelle se déroulera en deux temps :
- devant la sous-préfecture pour alerter les pouvoirs publics ;
- déplacement par groupe dans les GMS de la ville. Cibles : les GMS et les consommateurs.
Les consignes sont les suivantes :
- organiser le covoiturage ;
- ne pas oublier de se munir de panneaux et banderoles, sifflets, pétards…
- un casse-croûte sera servi sur place.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité