Aller au contenu principal

Crise bovine et banques
Un traitement au cas par cas qui laisse les éleveurs insastifaits

Les banques ont pris l’engagement de rechercher au cas par cas des solutions pour accompagner les éleveurs éprouvant des difficultés de remboursement de leurs prêts, comme par exemple l’aménagement de sa durée ou le report d’échéance. Les ministères de l’Agriculture et de l’Economie ont par ailleurs décidé de renforcer les modalités d’intervention de la Médiation du crédit auprès des agriculteurs. Cette médiation intervient auprès des entreprises qui se voient refuser une demande de financement de la part des établissements bancaires.Dans chaque département, des correspondants « financement » seront désignés avec pour mission d’alerter les autorités publiques sur les difficultés rencontrées par le monde agricole et pour accompagner les agriculteurs dans leur démarche de médiation.La FNB « déplore le décalage entre la gravité de la situation de crise sur le terrain et le caractère limité de la réponse proposée ». Quant aux banques, elles prennent acte de leur engagement, mais jugeront « sur les actes ». Elles demandent que ce plan d’aménagement financier fasse l’objet d’un comité de suivi mis en place par le préfet dans chaque département. L’objectif étant de favoriser l’action des médiateurs : modalités d’identification des éleveurs requérant ces mesures d’accompagnement, mesures à mettre en œuvre selon les situations financières des exploitations…La FNB demande aux pouvoirs publics un plan européen de soutien à l’élevage bovin viande, à l’instar de la mesure précédemment mise en œuvre dans le secteur laitier, mais aussi une hausse des restitutions afin de favoriser l’exportation sur pays tiers. « La seule solution pour restaurer durablement la rentabilité de l’élevage bovin viande », souligne-t-elle.Enfin, la FNB attend toujours la mise en œuvre de l’enveloppe de 300 millions d’euros sur trois ans annoncée par le ministre de l’Agriculture pour engager « sans délai » un programme d’appui structurel à la production.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité