Aller au contenu principal

Sage
Un Sage aux objectifs jugés irréalisables sans compromettre l’activité agricole

Les maires des communes concernées par le Sage Sèvre niortaise - Marais poitevin sont invités à se prononcer sur le document préparatoire à l’enquête publique.

Selon la FDSEA, le projet de SDAGE donne une place trop importante à l’environnement au détriment de l’économie agricole.
Selon la FDSEA, le projet de SDAGE donne une place trop importante à l’environnement au détriment de l’économie agricole.
© Guy du Repaire
Avant la fin du mois de septembre, les élus des communes concernées sont invités à se prononcer sur le projet de Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (Sage) du Marais poitevin-Sèvre niortaise qui s’étend sur 350 000 des 600 000 hectares depuis le Lay, en Vendée, jusqu’à la Sèvre. Le document, préalable à l’enquête publique, conduit la profession à juger les objectifs « irréalisables » car « ils remettent en cause le maintien de l’économie locale ». « Notre territoire mérite mieux » Les moyens avancés pour la reconquête de la qualité de l’eau, comme le souhaite Bruxelles pour 2 015 semblent constituer « une menace » pour l’agriculture. Pourtant, la commission environnement de la FDSEA, à l’origine de quatre réunions avec les maires des communes concernées sur le bassin de la Sèvre, ne remet pas en cause des objectifs comme la préservation du milieu, la prévention des inondations, la protection de l’eau et la restauration de sa qualité, ou encore le développement de la ressource. « On est prêt à avancer mais pas jusqu’à un point où on va perdre très gros », commentait mardi, à Beauvoir, Philippe Leyssène, président de la commission environnement. « Il faut prendre en compte l’économie sur le territoire. Ce SDAGE n’est pas acceptable en l’état. Notre territoire mérite bien mieux que ce qu’on nous propose », estimait-il. Des contraintes réglementaires En fait de proposition, le document élaboré par la commission locale de l’eau introduit des contraintes réglementaires là où les agriculteurs, qui ont déjà apporté la preuve de leur adaptation à la reconquête de la qualité de l’eau, attendaient des incitations, dans le cadre d’une contractualisation à la place des acquisitions foncières « bien plus coûteuses ». Alors qu’une directive européenne a fixé le taux de nitrate dans l’eau à 50 mg par litre, celui du Sage est à 25 mg. « Il s’agit d’un seuil maximum, et non d’une moyenne », prévient Pierre Trouvat, membre de la chambre d’agriculture. Il expliquait que de fortes précipitations provoqueront d’inévitables pics et que, face à ces aléas, il n’existe pas de solutions techniques fiables. Même les cultures pièges à nitrates ne peuvent, disait-il, être des garanties absolues. Le renforcement des bandes enherbées met les agriculteurs sur la défensive, car il va leur être difficile d’aller au-delà des contraintes actuelles. De même, l’interdiction de nouveaux drainages n’est pas sans soulever des difficultés, tout comme la crainte de figer le drainage existant. « Nous proposons le lagunage pour entretenir le drainage », explique Philippe Leyssène. « Une fois de plus c’est l’agriculture qui est montrée du doigt. Si l’on pouvait utiliser en agriculture les rejets des stations d’épuration, par exemple, on résoudrait déjà beaucoup de problèmes de qualité dans les cours d’eau », fait-il remarquer. « L’eau a autant de valeur que le sol » Les débits d’objectifs sur les cours d’eau ne sont pas non plus sans inquiéter les agriculteurs, irrigants en particuliers. Les seuils qui sont proposés sont « inaccessibles, illusoires ». « Les remonter de quelques centimètres, mettrait en danger l’élevage », insiste le président de la commission environnement. « On sait très bien, poursuit-il, que c’est l’irrigation qui est visée ». Selon la chambre d’agriculture, ces mesures conduiraient à diminuer de 70 % les volumes d’irrigation. Pour Jacques Morisset, « la maîtrise de l’eau est un élément fondamental de l’activité agricole ». Outil de mise en place d’une politique de l’eau, le Sage Marais poitevin-Sèvre niortaise, « pêche par son absence de véritable projet sur l’eau ». « On veut nous faire abandonner l’eau qui a autant de valeur que le sol », souligne Pierre Trouvat pour qui les incompréhensions sont majeures. « Alors que le gouvernement dit qu’il faut produire plus et mieux, tout, dans ce document, est restrictif », dit-il, invitant les auteurs de l’étude à retravailler leur projet avec les agriculteurs. G. R.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité