Aller au contenu principal

Porcs
Un projet de maternité porcine à haute valeur environnementale

Jusqu’à présent seuls les opposants se sont manifestés. Alors que se déroule l’enquête publique, les éleveurs veulent faire connaître la haute valeur environnementale de leur projet de maternité porcine à Luzay.

Au premier plan : Mickaël Boudier et Joseph Lumineau.
Au premier plan : Mickaël Boudier et Joseph Lumineau.
© DR

L’enquête publique relative au projet de maternité porcine sur la commune de Luzay se déroule jusqu’au 15 octobre. C’est précisément pendant cette période que deux des six associés porteurs du projet, Joseph Lumineau, d’Adilly et Mickael Boudier, de Gourgé, ont choisi de préciser que la SCEA Micha, a été constituée pour permettre aux éleveurs « de se projeter dans l’avenir », « tout en respectant l’environnement ».

D’ici 2013 tous les éleveurs devront avoir fait les investissements nécessaires pour que les truies soient élevées en groupe, selon les normes européennes de bien-être. « Pour de nombreux petits éleveurs naisseurs-engraisseurs, cette évolution nécessite des investissements hors de leur portée », explique Joseph Lumineau. 48% de ces élevages du département auront disparu, faute de pouvoir réaliser ces investissements.

Mickael Boudier est par ailleurs confronté à d’autres contraintes. Une bonne partie des 250 hectares de son exploitation est incluse dans le périmètre de protection du barrage du Cesbron qui lui interdit l’épandage du lisier. Le regroupement de moyens de production « comme dans une Cuma », va permettre de supprimer le naissage dans les six élevages qui se spécialiseront dans l’engraissement.

La construction de la maternité est prévue sur la commune de Luzay, sur le site d’une ancienne porcherie. Les 1 028 truies produiront 25 000 porcelets par an, sans engraissement. Ils correspondent aux besoins des six élevages qui font vivre 21 familles. Cinq salariés travailleront à temps plein dans un élevage conçu selon les normes de haute valeur environnementale.

« Il en va de l’amélioration de nos conditions de travail, mais aussi de la pérennité de nos exploitations », explique Mickael Boudier. L’investissement s’élève à 3,9 millions d’euros, dont 240 000 euros pour la protection de l’environnement. Des bactéries naturelles vont permettre de réduire de 90% les odeurs dans les bâtiments et lors de l’épandage. Avant d’être expulsé, l’air en provenance de l’élevage sera lavé, et les poussières piégées par les filtres à eau. Un pandillard épandra au ras du sol, avant les semis de colza, à l’automne, et de maïs, au printemps. Le plan d’épandage est prévu sur 608 hectares, alors que 127 auraient suffi. Une marge de sécurité a également été prévue pour le stockage du lisier. Sa capacité a été portée de six à huit mois.

« Le volume de lisier correspond à celui de l’ancien élevage », précise Joseph Lumineau. Sans compter le bilan de fertilisation qui sera réalisé tous les ans, le couvert végétal en hiver et les bandes enherbées le long des cours d’eau, comme le prévoit la charte des bonnes pratiques des éleveurs de porcs des Deux-Sèvres, ou encore la construction d’une citerne de récupération des eaux pluviales, pour les besoins de l’élevage. Elle servira aussi de réserve d’eau en cas d’incendie. Si le projet aboutit, « il n’y aura plus de truies à Adilly », souligne Joseph Lumineau. Et la filière régionale, avec ses 2 500 emplois, sera confortée. La production régionale ne couvre en effet que 45% de ses capacités d’abattage.

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité