Aller au contenu principal

Un outil à tout faire, mais pas n’importe comment

Les chariots télescopiques sont sollicités pour un nombre varié d’activités, souvent quotidiennes, dans les exploitations de polyculture et élevage. Mais il a un coût et la sécurité ne doit pas être passée sous silence.

Suivant l’arrêté du 1er mars 2004, les VGP obligatoires doivent être réalisées tous les 6 mois
Suivant l’arrêté du 1er mars 2004, les VGP obligatoires doivent être réalisées tous les 6 mois
© L.Vimond

Chargement d’ensilage, collecte des balles de fourrage aux champs, nettoyage des stabulations, chargement d'un camion en passant par de la petite manutention quotidienne, le chariot télescopique est l'outil à tout faire dans l'exploitation. Difficile, donc, de s’en passer.
Comparé à un tracteur équipé d'une fourche, il présente quelques avantages tels qu’une bonne maniabilité, une puissance hydraulique ou encore un accès aisé au poste de conduite. Néanmoins, son coût d'utilisation est élevé et son manque de polyvalence ne lui permet pas, dans certaines exploitations, de rivaliser avec le tracteur fourche, qui peut être utilisé et rentabilisé par de nombreux autres travaux.
Différentes études réalisées, portant sur plus de 500 chariots télescopiques, nous en disent un peu plus sur le prix de revient de ce matériel. On constate que le coût d'utilisation moyen, carburant non compris, est de 20 €/heure sur un parc de matériel réalisant en moyenne 650 heures annuellement.
L'entretien/réparation est un poste important, il représente 21 % du coût horaire et il augmente nettement avec l'âge. On constate en effet qu'il passe de 2 €/h les deux premières années à 4 € la troisième puis à 6 € la quatrième année.

Plus d'infos dans le dossier manutention du journal Agri 79 du 13 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité