Aller au contenu principal

Évènement
Tous à "Agri en Fête" !

Des élèves de 1ère bac pro de la MFR de Saint-Germain-de-Marencennes proposent, le vendredi 12 avril, des festivités au sein de leur établissement, avec "Agri en Fête".

Plus les jours approchent, et plus la pression et l'excitation montent. Vendredi 12 avril, de 13 h 30 à 17 heures, les 25 élèves de 1ère bac pro CGEA de la MFR de Saint-Germain-de-Marencennes verront, enfin, le fruit de leur travail qui a débuté en septembre avec " Agri en fête ". Pendant tout cet après-midi, ils proposeront un marché de producteurs (miel, pineau, fruits et légumes, pommes de terre, viandes, bières, yaourts, farines, huiles, plantes aromatiques...), une exposition de matériels agricoles, des baptêmes de poneys et de tracteurs. D'anciens élèves ont aussi été conviés pour témoigner de leurs parcours et invités à un déjeuner le midi.

Le projet des bac pro CGEA s'inscrit dans le cadre de leurs études, avec une épreuve orale au bac, l'ESC, qui permet une ouverture aux questions sociétales, culturelles et artistiques. Ils se sont donc mobilisés autour du "collectif dans des situations sociales et professionnelles." Les élèves ont également pris en compte la commande de la MFR : organiser un marché de producteurs et faire venir d'anciens élèves.

Maîtriser la notion du temps

Les intérêts sont multiples dans ce projet. "Nous souhaitons faire vivre le territoire, créer une dynamique dans le village, mettre en valeur les produits, promouvoir la MFR", expliquent les élèves lors d'une conférence de presse pour présenter l'évènement.

Afin de mener à bien cette initiative, la classe s'est scindée en trois groupes : communication ; réseau-partenaires ; logistique. Le tout chapeauté par trois responsables : Franck Devort, le directeur de la MFR, Maïa Kuga et Marie Penalva, deux monitrices. Un exercice grandeur nature donc pour ces jeunes très motivés. La notion du temps a été difficile à appréhender : deux heures par semaine pour préparer le projet, sachant qu'ils sont aussi en alternance. 

"C'est le plus dur. Il faut avoir une bonne organisation. Lorsqu'on travaille en groupe, il faut se mettre d'accord sur tous les points, être conciliants", reconnaissent les élèves.

Chaque groupe a donc travaillé pour offrir un évènement festif. La communication passe évidemment par les réseaux sociaux, mais aussi la distribution de flyers dans les grandes surfaces du territoire et dans les boîtes aux lettres. "Nous espérons que le bouche-à-oreille fonctionnera aussi." Il a également fallu dégager du temps pour trouver des producteurs intéressés par le projet et disponibles à cette date-là. Les élèves se sont aussi penchés sur le nom du rendez-vous. "Nous avons passé deux heures pour in fine être d'accord sur Agri en Fête. Il a été validé par la MFR." Leur force est aussi l'adaptabilité au fil des semaines, prenant en compte de nouvelles contraintes ou bien des imprévus. La préparation de cet évènement est une façon de développer la notion de citoyenneté, de partage, de découverte, de la connaissance de soi et des autres. Cette première édition en appellera certainement d'autres ; c'est le souhait du directeur Franck Devort.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Publicité