Aller au contenu principal

Terra Lacta récompense ses éleveurs

La coopérative laitière a profité du salon pour mettre à l’honneur six producteurs dans le cadre de son premier challenge producteurs caprins.

Les six chefs d’exploitation vainqueurs du premier challenge producteurs caprins se sont réunis le 24 novembre et ont reçu leur prix des mains des responsables de Terra Lacta.
Les six chefs d’exploitation vainqueurs du premier challenge producteurs caprins se sont réunis le 24 novembre et ont reçu leur prix des mains des responsables de Terra Lacta.
© C.M.

Encourager les producteurs méritants et favoriser les échanges sur les bonnes pratiques ». Voilà, selon Michel Lehoux, directeur des services amont de Terra Lacta, le dessein du premier challenge producteurs caprins, dont les récompenses ont été remises le 24 novembre. En recherche d’éleveurs, la coopérative souhaite donner des pistes de réflexions à ses adhérents afin d’améliorer leurs performances.
Pour Anthony Letourneau, éleveur de 400 saanen en Charente-Maritime et récompensé dans la catégorie meilleure régularité de livraison avec un « résultat cellules bas », « en lactation longue, les premiers critères de réussite sont l’alimentation, qui doit être régulière et fibreuse, et une surveillance quotidienne du volume produit », explique-t-il. Avec une seule mise bas par an, l’éleveur réussit à produire du lait en continu et la répartition de ses livraisons est à l’équilibre. Le regroupement des naissances a également été un critère de développement pour Sylvie et Jérôme Sarraute, dont l’exploitation de 600 alpines dans le Tarn-et-Garonne présente la meilleure progression du volume de lait au quatrième trimestre. « Pour faciliter l’organisation du travail, cela était impératif, alors que nous étions sur deux mises bas auparavant ». Résultat, la production a augmenté de 16% sur la période 2013-2015.

Les lauréats

Patrick et Chantal Chaussepied (49) : catégorie cellules bas et en baisse significative

Sylvie et Jérôme Sarraute (82) : catégorie meilleure progression du volume au quatrième trimestre

Laurent, Fabienne et Franck Bodin (79) : catégorie cellules le plus bas

Anthony Letourneau (17) : catégorie régularité de livraison avec un résultat cellules bas

Lydie et Amélie Combelles (47) : catégorie meilleure installation

Michel et Martine d’Halluin (47) : catégorie meilleur prix du lait

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité