Aller au contenu principal

Irrigation
Temps lourd sur l’observatoire de l’eau

Dernières réunions de travail avant la signature de l’arrêté cadre d’irrigation.

Les irrigants demandent un moratoire pour la baisse des volumes en attendant  la construction des réserves.
Les irrigants demandent un moratoire pour la baisse des volumes en attendant la construction des réserves.
© DR
Les irrigants des Deux-Sèvres attendent, impatients, le 1er avril. Jeudi 20 mars, lors de l’observatoire de l’eau, leur opposition affichée à un certain nombre de points contenus dans le projet de l’arrêté cadre en passe d’être signé à conduit « Mr le Préfet à fixer rapidement un nouveau rendez-vous », annonce Philippe Charles, président de l’association des irrigants des Deux-Sèvres.
L’enjeu de cette rencontre pour les agriculteurs sera de faire glisser le pied de la pédale d’accélérateur. « Certes, il n’y a pas dans les propositions qui nous sont faites aujourd’hui, de grande révolution. Toutefois, les tendances à la limitation de l’usage de l’eau économique se confirment. Et comme l’arrêté 2008 conditionnera ceux des cinq ans à venir, il y a des écarts que l’on ne peut se permettre ».
Parmi ces écarts à éviter, le représentant des irrigants évoque le déplacement de la frontière entre la zone 5A Clain et la zone 10B bassin de la Sèvre Niortaise. « Ce glissement pénalise quinze à vingt exploitants qui selon les données géologiques que l’on détient n’ont pas à se retrouver sur le bassin de la Sèvre Niortaise plus sévèrement contraint ».
 Refusant « tout découpage politique » les irrigants rencontreront le représentant de l’Etat études en main. « Les décisions doivent reposer sur des travaux partagés par tous », appelle Philippe Charles.
Autre point de divergence « le relevé des seuils au piézomètre du Bourdet ». Le responsable professionnel parle d’une proposition à +30 cm pour 2008. Un premier pas qui selon lui en appellera d’autres. L’objectif de l’administration, à cinq ans, étant de remonter le seuil d’un mètre cinquante, dénonce-t-il. « Appliquée, cette proposition condamnerait l’irrigation sur le secteur Mignon-Courance », affirme le militant refusant que les forages de la Charrière ou de Mauzé-sur-le-Mignon « qui n’ont pas d’influence sur le piézomètre du Bourdet », soient sacrifiés.
Au-delà de ces deux points, c’est la baisse des volumes engagée que l’AIDS refuse. Cette revendication figurera sur la feuille de route des représentants de l’association qui le 1er avril seront à la préfecture. « Eu égard aux efforts fournis par le passé et en attendant la construction de réserves de substitution, nous voulons qu’un moratoire soit entendu sur la baisse des volumes ». Affaire à suivre.
C.P.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
La taille des haies est finalement autorisée jusqu'au 15 avril inclus.
Un mois de plus pour tailler les haies

Suite aux pluies importantes de ces dernières semaines, qui ont rendu de nombreuses parcelles inaccessibles, la date d'…

Publicité