Aller au contenu principal

Réglementation
Taux de jachère nul : qu’en est-il des dérogations ?

Les ministres de l’Agriculture ont approuvé la proposition de la commission visant à fixer à 0 % le taux de mise en jachère obligatoire. Quelques précisions s’imposent.

Les ministres de l’Agriculture ont approuvé le 26 septembre la proposition de la commission visant à fixer à
0 % le taux de mise en jachère obligatoire, pour les semis d’automne 2007 et ceux du printemps 2008. La fixation de ce taux nul n’oblige pas à cultiver les terres. La possibilité est laissée à l’exploitant de les cultiver ou non.
Par ailleurs, cette suppression de l'obligation de jachère pour 2008 entraîne l’activation des DPU jachère sur les surfaces en herbe pour l'alimentation des animaux (fauchage ou pâturage) à condition que les surfaces en question soient éligibles (terres arables au 15 mai 2003). Par contre, ces surfaces devront être déclarées en PT (prairies temporaires) et non en gel dans la déclaration PAC 2008. En effet, seront déclarées en gel les surfaces réellement gelées (ex : gel volontaire, contrat jachère faune sauvage...) et donc retirées de la production.
De plus en complément de ces informations datant de fin septembre, le ministère de l'Agriculture vient d'annoncer le maintien pour 2008 des dérogations à la mesure maintien d'une surface en couvert environnementale (SCE) dans le cadre des BCAE (bonnes conditions agro-environnementales), malgré la disparition de l'obligation de gel pour activer les DPU jachère.

Plusieurs cas d’application
Les dérogations s'appliquent dans les cas suivants :
- lorsque la surface activant des DPU jachère, déduction faite de la SCE en bordure de cours d'eau, est intégralement couverte en contrats gel industriel. Ces contrats devront de nouveau être transmis à l'administration. Exemple : un exploitant détenant 10 DPU jachère sur une exploitation sans cours d'eau, dérogera aux 3% de SCE s'il a 10 ha de cultures industrielles en contrat gel industriel. S'il ne dispose que de 8 ha de gel industriel, les 3% de la SCOP à placer en SCE seront plafonnés à 2 ha ;
- lorsque l'exploitant a le statut de petit producteur.
Afin de compléter cette information, contacter la FDSEA au 05 49 77 16 69.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité