Aller au contenu principal

Elevage
Soutenir l’élevage pour soutenir la dynamique des territoires

Le GIE élevage représente neuf filières de production. Alors qu’un nouveau programme d’aides s’ouvre pour la période 2014-2020, les acteurs du monde de l’élevage appellent à une mobilisation des moyens sur les actions visant à accroître la compétitivité des fermes.

« Des moyens doivent être mis sur l’accroissement de la compétitivité des élevages, le développement de l’autonomie alimentaire, la valorisation des productions régionales... », a insisté Christophe Limoges, président du GIE Elevage (2e à partir de la gauche).
« Des moyens doivent être mis sur l’accroissement de la compétitivité des élevages, le développement de l’autonomie alimentaire, la valorisation des productions régionales... », a insisté Christophe Limoges, président du GIE Elevage (2e à partir de la gauche).
© C. P.

Ouvrir le dialogue et faire entendre la position des représentants du monde l’élevage. Ces quelques mots résument l’objectif de la table ronde organisée mercredi 4 décembre par le GIE élevage à l’occasion de son assemblée générale. Aux Ruralies, dans les locaux de la chambre départementale, devant une salle aussi fournie que l’inquiétude à l’égard du devenir de l’élevage est grande, c’est une position unanime qui a été défendue. La dynamique économique des territoires (17% des actifs en Deux-Sèvres travaillent dans l’agriculture, agroalimentaire et agrofournitures) mais également sociale, dépend pour une part importante de la production agricole. L’attractivité des paysages également.
Abel Lumineau, représentant de la Svep, Société des viandes des éleveurs de parthenaises et Patrice Gorron, responsable du service production à Poitouraine, mesurent l’enjeu que représente le maintien du potentiel de production.
« Airbus ne viendra jamais s’implanter en Deux-Sèvres. Notre territoire est rural. La vie locale est dépendante de l’agriculture, des productions animales », affirme Abel Lumineau.
L’aval est structuré localement. Les industriels investissent dans les outils de transformation non délocalisables. En lait, en viande, les besoins sont réels.

Lire la suite en page 4 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité