Aller au contenu principal

Solidarité et réemploi en financement participatif

Après les appels au financement participatif de deux sociétés locales la semaine dernière, place à deux associations. La Cantine porte le projet d'une offre de restauration solidaire et participative à Poitiers, et La Regratterie celui d'un camion qui sillonnerait le département pour faire du lien social à partir de réemploi de matériaux. Il reste 7 jours pour les soutenir.

Une cantine solidaire et participative est en passe de naître à Poitiers et serait même itinérante dans le département de la Vienne dans un premier temps. C'est le projet d'Anna Olazchuaga et Lola Brondy, rejointes par une équipe d'habitants autour d'une même conviction.  "L'alimentation est un besoin universel, vecteur de rencontres et d'échanges" peut-on lire sur la campagne ouverte sur la plateforme jadopteunprojet.com. Car au-delà de faciliter l'accès à une alimentation saine, durable et locale, l'équipe de la bien nommée association "La Cantine" a décidé de se mobiliser pour créer un lieu, créateur de liens sociaux autour de l'assiette.

Faire ensemble et cuisiner les invendus

"Tisser des liens autour de l'assiette commence en cuisine. C'est un bon moyen de lutter contre la précarité relationnelle de bon nombre de personnes aujourd'hui " explique Anna Olazchuaga. Et le projet ne fait pas l'impasse sur la qualité des produits : " Des producteurs, tels que Tomates et Potirons ou les Jardins du Court-Circuit, deux maraîchers installés à Sèvres-Anxaumont, sont nos partenaires. Nous transformerons leurs invendus " complète Anna Olazchuaga. L'association proposera ainsi des ateliers culinaires qui se termineront en repas partagé mais aussi des rendez-vous culturels avec des goûters-spectacles. Ce sera une cantine solidaire, parce qu'un tarif libre permettra d'ouvrir les portes au plus grand nombre, et participative parce que l'objectif est bel et bien de " faire ensemble " énonce Anna Olazchuaga. Pour la campagne de financement, un premier palier, de 5 000 €, servira à s'équiper de vaisselles, ustensiles et autres matériels de cuisine et c'est à partir de 8 000 € que La Cantine aura son local. " En attendant, nous avions l'objectif de faire de l'itinérance pour proposer le concept de cantine solidaire et participative un peu partout dans la Vienne et notamment en zone rurale " complète Anna Olazchuaga. La collecte de 10 000 € permettrait à l'association de développer les partenariats. Côté contreparties d'un don : de l'adhésion à l'association à des paniers de chez Tomates et Potirons et même une visite du site de production en passant par un repas à La Cantine et son nom dans le local.

Un camion qui sillonne les villages

Le projet de la Regratterie : "La Cafetière à souder", a aussi ses contreparties : le nom des contributeurs affiché dans le nouveau camion que l'association pourra acheter dès le premier palier de 14 000 € atteints.

À partir de 20 000 €, le camion aura encore plus d'options, et, après 25 000 €, le dernier palier, il y aura de quoi l'aménager et surtout créer une scénographie dans l'esprit du projet. Parmi les autres contreparties : un tote bag, une initiation dans les ateliers de l'association ou une journée complète ou encore une invitation à l'inauguration de La Cafetière à souder et même de pouvoir conduire le camion.

Pour aller où et pour faire quoi ? "Sillonner les communes dans un rayon de 35 minutes autour de Migné-Auxances et installer notre café associatif au milieu du village. La scénographie imaginée nous replongera d'ailleurs dans cette ambiance " explique Aurélie Joly, chargée de communication et du développement des projets de La Regratterie. La recyclerie "associative est créative", née il y a 10 ans à Poitiers et installée à Migné-Auxances depuis 5 ans, accueille chaque mois près de 500 visiteurs pendant les trois après-midi d'ouverture au public (mercredi, vendredi et samedi) de sa matériauthèque. Pour ce projet, l'équipe de 4 salariés, 2 services civiques et une trentaine de bénévoles a eu la bougeotte et surtout l'envie d'amener un peu de vie en zones plus rurales. " Autour du café associatif, et donc dans une ambiance conviviale des cafés que la plupart des villages ont perdu aujourd'hui, ce sera l'occasion de proposer une performance artistique à partir des matériaux de réemploi. Les créations réalisées avec les habitants resteront dans les communes. Notre venue sera enfin l'occasion de collecter des matériaux chez les habitants de la commune " détaille Aurélie Joly.

Le projet bénéficie de deux atouts importants : il est suivi par une fondation qui participe au financement du camion et le Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine abonde la cagnotte (lire en encadré). " Nous avons répondu à un appel à projet de la Région et il est clair que cela fait augmenter notre collecte beaucoup plus vite. C'est une bonne façon de valoriser notre action dans le cadre de l'économie circulaire " convient Aurélie Joly. La Cafetière à souder prendrait la route dès 2025. Les communes intéressées pour les recevoir peuvent d'ores et déjà contacter La Regratterie. L'association prévoit 6 sorties par an. D'ici là, elle prépare son festival du réemploi artistique, du 20 au 22 septembre prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité