Aller au contenu principal

Soixante-huit étudiants s’installent dans une exploitation ovine à Noirterre

Au lycée des Sicaudières en matinée, les 68 étudiants invités à participer à la journée de découverte de l’installation en élevage ovin ont pu profiter du témoignage d’Olivier Debordes. Depuis sept ans il est à la tête d’un atelier de 350 brebis.

Soixante-huit jeunes en formation ont participé aux présentations de la journée.
Soixante-huit jeunes en formation ont participé aux présentations de la journée.
© N.C.

Découverte des filières, focus sur la technique de production qu’est le pâturage tournant dynamique, présentation d’un parcours, celui d’Olivier Debordes. Jeudi 18 décembre, le Point info installation organisait une journée d’information à destination des futurs porteurs de projet en agriculture. Soixante-huit jeunes en formation ont participé aux présentations de la journée. Entre le premier contact avec le Point info et l’installation, le futur agriculteur rencontre de nombreux interlocuteurs. Rechercher l’exploitation, appréciation des montants de reprise, montage financier, étude économique, rencontre avec les partenaires que peuvent être les organisations professionnelles agricoles… Tout au long de cette journée qui a commencé au lycée des Sicaudières à Bressuire, pour se terminer à Noirterre sur l’exploitation ovine d’Olivier Debordes, les organisateurs ont essayé d’être pragmatiques. Présentation des structures, des services que les agriculteurs en passe de s’installer trouveront et découverte des points clefs du parcours qui mène à l’installation ont fait l’objet de nombreux échanges. En CS ovin, BTS ou Bprea, le public était intéressé. Outre les perspectives qu’offre la filière ovine qui a bien du mal à honorer les marchés valorisant du label rouge le Diamandin ou de l’IGP Agneau du Poitou-Charentes, les étudiants et stagiaires ont pu échanger avec leur hôte de l’après midi. Agé de 32 ans et éleveur depuis sept ans, Olivier Debordes a pris la suite de son beau-père en 2008 après neuf mois de parrainage. « Ce temps à deux a été indispensable pour acquérir la technique», souligne-t-il.   Aujourd’hui, la taille de la ferme n’a pas évolué : 56 ha, 320 brebis et deux bâtiments hors sol composent l’outil de production. Dans quelques mois, il devrait s’associer avec son épouse.
Avec le recul des années, l’éleveur avisé attire l’attention de ceux qui se préparent au grand saut sur le capital de reprise de l’outil. Un conseil n’est jamais de trop dans ce domaine. Il encourage également chacun à ficeler son montage financier sans sous-évaluer les besoins en trésorerie. Se faire épauler par des coopératives tant pour la commercialisation que l’investissement matériel lui semble judicieux. « Ces outils sont efficaces pour maîtriser les charges sans rogner sur les moyens nécessaires à la performance. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité