Aller au contenu principal

Installation
S'épanouir en devenant éleveur de veaux

Mehdi Girard a fait preuve de beaucoup de tenacité et de motivation pour concrétiser son projet qui lui tenait à coeur : éleveur de veaux. Il exerce son métier, depuis peu de temps, à Doeuil-sur-le-Mignon.

Ce projet est aussi une aventure humaine pour Etienne Bregeon (Denkavit) et Mehdi Girard.
© L.Guilemin
Une minute !
Les articles publiés entre le 15 et le 30 juillet sur CaracTerres.fr sont en accès libre ! Vous pouvez ainsi découvrir le contenu de nos quatre journaux. 
Pour rejoindre notre communauté d’abonnésdirection la boutique en ligne. 
Déjà abonné ? Activez votre compte numérique ici en réinitialisant votre mot de passe. En cas de difficulté, contactez-nous à redaction@caracterres.fr

 

Lorsqu'on arrive sur l'exploitation de Mehdi Girard, à Doeuil sur le Mignon, on peut être surpris par le calme… bercé par de la musique ! Dans son bâtiment, les veaux sont engraissés au rythme de la radio. Voilà quelques mois que ce quarantenaire est enfin installé.

Une motivation à toute épreuve

Au plus loin qu'il se souvienne, plus jeune il a travaillé dans une porcherie, peut-être les prémices de sa nouvelle vie. Il a fait le choix de mener des études de comptable, d'enchaîner différents boulots, " mais je n'étais pas épanoui dans mon travail " se souvient-il. Dans sa sphère privée, il rencontre Colombe Mandin, éleveuse de veaux à Doeuil sur le Mignon. " J'ai passé du temps avec les animaux, je prenais plaisir à travailler. J'en ai fait part à Colombe. En 2015, j'ai pris contact avec Nathalie Duchiron du Point Accueil Installation et petit à petit j'ai construit mon projet. J'ai fait le parcours à l'installation avec la Chambre d'agriculture ". Mehdi Girard a pris un congé individuel de formation, est parti à Melle, " avec 2 h de route par jour ", des modules à suivre à Bressuire, plus un mémoire à préparer. Première preuve que la motivation était bien réelle, surtout quand on a deux enfants, " la disponibilité est parfois compliquée ". Il retient surtout de cet épisode,

" que la formation adulte permet réellement de préparer son installation".

Ses stages de formations se sont déroulés en majorité sur l'exploitation de Colombe Mandin.  

Pour mener à bien son projet, il a été épaulé par l'entreprise Denkavit et le technicien du secteur qui collaborait déjà avec Colombe Mandin. Il lui a proposé d'analyser ensemble les pratiques techniques pour avoir une approche encore plus aiguisée. Dans un premier temps, Mehdi Girard s'est occupé d'une salle de 60 veaux, pour gérer l'alimentation, les aspects techniques, puis il est passé à un bâtiment de 160 veaux. Cela lui a permis de s'approprier le métier. " Cet accompagnement lui a permis de mettre le pied à l'étrier, d'avoir une prise d’expérience complète Etienne Bregeon, actuel chef de secteur à Denkavit.

Il n'existe pas de formation pour ce métier-là, on doit donc former nos éleveurs. Notre volonté est de guider, d'accompagner, et de proposer à un éleveur d'avoir en tutorat un futur installé."

S'accrocher malgré les turpitudes

La création de son entreprise individuelle a été rapide, tout comme la réalisation du contrat avec Denkavit. Il découvre " les joies" de l'administration pour le PCAE, les aides à l'installation, … Lorsqu'il a débuté les démarches pour l'ICPE, le permis de construire, le financement, les choses ont été plus compliquées. Les rendez-vous se sont succédé avec différentes banques. L'élevage de veaux est une filière méconnue pour les banques, contrairement à la viticulture ou les céréales. "C'était une épreuve pour moi " confie Mehdi Girard qui a eu " envie de baisser les bras ". Sa patience et sa détermination ont été aussi mises à rude épreuve avec le notaire, lorsqu'il a découvert que depuis 2021, deux études de sol sont obligatoires lors de la construction d'un bâtiment. Tout cela a eu pour effet de retarder son installation. "Chaque pas administratif était un obstacle " analyse-t-il avec le recul. À cela s'ajoutent la guerre en Ukraine, l'inflation, le coût des matériaux. " J'ai eu des entreprises très professionnelles. Les augmentations ont été minimes par rapport à ce que j'aurai dû supporter. " Cette reconnaissance est aussi envers Denkavit, qui travaille régulièrement avec ces entrepreneurs. " Ils ont su faire un geste pour Mehdi, pour que son projet se réalise. C'est la force de notre partenariat " explique le technicien.

Après toutes ses péripéties, finalement, cette année, le 13 mars, l'éleveur a accueilli dans son bâtiment, 280 veaux. Dans un autre bâtiment, il en a 100. Il se dit ravi d'être dans un nouvel environnement, avec un matériel neuf. "L'accompagnement professionnel et humain de Denkavit a été déterminant, tout comme mon entourage familial. " Avec modestie, il parle " d'une grande fierté"  d'avoir mené son projet jusqu'au bout.

 

Pallier les départs en retraite et prioriser le bien-être animal

Mehdi Girard a un contrat de partenariat avec Denkavit. L'éleveur fournit le bâtiment, la main-d’œuvre et l'énergie. En contrepartie l'entreprise fournit les jeunes veaux, l'alimentation, le suivi technique et vétérinaire. " Nous sommes spécialisés dans l'alimentation des jeunes animaux. Nous faisons de la recherche sur de nouvelles matières premières ou de nouvelles formules d'aliments qui permettront de s'adapter aux aléas techniques ou du marché. Nous en sommes arrivés où l'animal mange plus d'aliments fibreux que de lait " explique Etienne Bregeon. L'entreprise, basée à Montreuil (49), compte 520 éleveurs en contrat dont les 2/3 sont dans l'Ouest. Ceci s'explique par la fourniture de jeunes veaux, de l'aliment et d'un maillage d'abattoirs. Le technicien explique leur volonté de créer des bâtiments pour pallier les départs en retraite de leurs éleveurs, " une préoccupation " pour eux. " Nous aidons financièrement dans la construction du bâtiment et on va avoir des besoins. " L'entreprise projette la création de 10 bâtiments par an. " Nous avons aussi des interrogations sur la fourniture de petits veaux, la concurrence avec la Chine. Nous sommes sur les marchés mondiaux. Mais nous nous armons pour y faire face."  Autre sujet d'importance pour l'entreprise : le bien-être animal. " Nous auditons tous nos élevages afin de voir les axes d'amélioration. " Il estime que les éleveurs doivent être fiers de leur métier, montrer, expliquer. " Si on veut développer des vocations, nous avons tout intérêt à nous ouvrir." D'ailleurs, c'est ce que compte faire Mehdi Girard, en organisant une porte ouverte dans les prochains mois. Les visiteurs pourront mesurer tout le bien-être des veaux, avec un fond musical !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

À Clavé, en Gâtine, cédants et repreneurs sont réunis sur l'exploitation de polyculture-élevage.
De gauche à droite : Olivier et Thierry Parent, Daniel et Valentin Nivault et François Agneray.
À 50 ans, il cède son exploitation et installe deux jeunes

À Clavé, Olivier Parent, 50 ans, a fait le choix de cesser son activité d'agriculteur après le départ à la retraite de son…

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Laetitia Desclaux est installée à Orches.
" Plus qu'un travail, une véritable passion "
Laëtitia Desclaux est installée depuis mai 2023 à Orches. Elle partage son expérience de jeune installée. Entrée dans le monde du…
Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La taille des haies est finalement autorisée jusqu'au 15 avril inclus.
Un mois de plus pour tailler les haies

Suite aux pluies importantes de ces dernières semaines, qui ont rendu de nombreuses parcelles inaccessibles, la date d'…

Publicité