Aller au contenu principal

Salon de la contention : Protéger les Hommes pour bien soigner les animaux

Soigner en réduisant les contacts entre l’Homme et l’animal permet de sécuriser les travailleurs.

Le convoyeur du GIE ovin est à la disposition des adhérents. Il permet d’immobiliser la brebis pour pouvoir procéder à toutes les interventions nécessaires dans de bonnes conditions.
Le convoyeur du GIE ovin est à la disposition des adhérents. Il permet d’immobiliser la brebis pour pouvoir procéder à toutes les interventions nécessaires dans de bonnes conditions.
© Christelle Picaud

Le premier salon de la contention, organisé sur les terres du lycée des Sicaudières à Bressuire, a mobilisé près de 600 personnes. Exposants, agriculteurs, organisateurs, jeudi 14 juin, tout le monde s’accordait sur le fait que travailler à la préservation de sa santé, c’est œuvrer en faveur  d’une meilleure efficacité du travail. Didier Gaborit, producteur de viande bovine, venu en visiteur, en témoignait : « Auprès des animaux, les risques sont réels. Si je me casse un bras ou une jambe, qui fera le travail » ?

Lire la suite dans Agri 79 du 22 juin 2018

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Travail du sol: 4 étudiants présentent différentes techniques
Un groupe d’étudiants en 2e année de BTS Acse, au lycée agricole de Venours, ont récemment organisé une démonstration de…
Le printemps à la Ferme fait son retour
Après deux années sans portes ouvertes, en raison de la crise sanitaire, les agriculteurs du réseau Bienvenue à la Ferme…
Le repas 100% deux-sévrien des JA 79 se prépare

Le repas des Jeunes Agriculteurs des Deux-Sèvres aura lieu le samedi 21 mai. « Après les nombreux retours…

Exploitants et chefs d’entreprise face à l’incertitude de la reprise d’activité
Les éleveurs désœuvrés cherchent une activité pour ne pas broyer du noir. Les entreprises de l’aval mettent au chômage partiel…
À Beauvoir-sur-Niort, Olésia et Irina ont trouvé refuge
Accueillies par Jean-Claude Aubineau et sa sœur Marité Sage, Olésia, Irina et sa fille Arina sont arrivées à la mi-mars. Loin de…
Le Logis du Mortier mise sur la fraîcheur
Alain Lucas a su transformer l’exploitation familiale en mauvaise santé à l’époque en y injectant des nouveautés, telle que la…
Publicité