Aller au contenu principal

Haute-Vienne
Saint-­Auvent, sur le fil du temps

Il faut savoir quitter les grands axes pour s'approcher de Saint-Auvent. Puis on grimpe la route des terrasses qui conduit au cœur du village, perché sur son promontoire.

Une minute !
Les articles publiés entre le 15 et le 30 juillet sur CaracTerres.fr sont en accès libre ! Vous pouvez ainsi découvrir le contenu de nos quatre journaux. 
Pour rejoindre notre communauté d’abonnésdirection la boutique en ligne. 
Déjà abonné ? Activez votre compte numérique ici en réinitialisant votre mot de passe. En cas de difficulté, contactez-nous à redaction@caracterres.fr

 

La pluie tombe dru cette nuit-là, comme ça arrive parfois en Limousin. Cinq fées dansent dans la clairière en gardant leurs moutons ; elles décident d'élever un dolmen pour s'abriter des eaux du ciel. Elles invoquent la Vierge pour les aider à porter les cinq piliers, bien lourds pou­r de frêles fées. Mais l'une d'elles, plus présomptueuse, refuse cette aide et la voilà forcée d'abandonner son pilier à quelques mètres de leur abri de granite.

Et voilà comment, selon la légende, dans cette clairière à quelques kilomètres de Saint-Auvent, on peut découvrir un dolmen constitué de quatre piliers portant une table de 4,70 m par 4,20 m, précédé d'un menhir d'1,60 m. Bien sûr, ce n'est qu'une légende puisqu'on sait aujourd'hui que les mégalithes datent de bien avant la christianisation, du Néolithique, soit de 6 000 à 2 500 ans avant J.-C. Au moment où les humains sortent de la Préhistoire et commencent à devenir paysans.

Ce dolmen et son menhir sont aujourd'hui aménagés et il est facile d'y pique-niquer. Cette aire se situe entre Saint-Auvent et Cognac-la-Forêt, sur la D 10. Ce magnifique dolmen doit sans doute son bon état de conservation à la tradition orale locale. Il était réputé guérir certains maux humains et animaux, surtout d'élevage, si on en faisait le tour dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

D'autres balades dans notre série de l'été

A la recherche d'un trésor

Saint-Auvent, sur son promontoire dominant la Gorre, tisse donc sa toile de mystère depuis plusieurs milliers d'années. Et aujourd'hui, quand arrivent les beaux jours, des dizaines de familles, chaque jour, fouillent les petites rues et le fond de la vallée de la Gorre pour y découvrir… un trésor ! Rien de moins.

Le géocaching fait fureur auprès des petits et des grands, entre autres parce qu'il permet de découvrir un territoire, son patrimoine, sa culture en s'amusant et en cherchant un trésor. Avec l'application Terra aventura Nouvelle-Aquitaine, à Saint-Auvent, il faut relever “le nouveau défi de la perinqueta”, sur un parcours de 5 km qui conduit au bord de l'eau, sur les rives de la Gorre. Des dolmens millénaires aux dernières technologies embarquées sur un smartphone avec le géocaching, Saint-Auvent traverse le temps en offrant à ses visiteurs son patrimoine discret mais si riche.

Pas de bling-bling dans cette petite commune du sud de la Haute-Vienne. Non, ici on parie sur le patrimoine donc et la nature. Le village est une étape de nombreux chemins de randonnée, dont la Grande boucle du parc naturel régional Périgord Limousin ou le GR 48 qui conduit les marcheurs le long de la Vienne, d'Aixe-sur-Vienne jusqu'à Chinon (Indre-et-Loire). Ces deux derniers parcours empruntent un remarquable pont médiéval qui enjambe la Gorre au creux d'un profond vallon, le Pont Lascaux qui ne doit donc rien à la Préhistoire.

Autrement dit, à Saint-Auvent, on marche mais on court aussi. La commune, dans le cadre des sites Uni'Vert Trail, accueille quelques circuits de trail. Ces derniers drainent aussi un public attentif à la nature. Et même si c'est en courant, parcourir la Via Agrippa, cette voie romaine qui reliait Lyon à l'Océan

Atlantique, ne se fait pas sans émotion… et quelques craintes pour les chevilles parce que ces pavés-là ont beaucoup vieilli.

D'autres richesses attendent le visiteur attentif avec le château qui accueille des expositions d'art contemporain du 21 juillet au 20 août, l'église et son clocher en bardeaux et l'étang de la Pouge qui appartient au Conseil départemental et est un lieu de randonnées et de pêche prisé. Non, c'est une certitude, Saint-Auvent la discrète mérite le détour au cœur de la campagne limousine.

Curiosité touristique

À Saint-Auvent, le temps s'est figé dans un écrin, à quelques centaines de mètres du village. Une fois de plus, il faut plonger vers la Gorre, au fond d'un vallon. La rivière miroite entre les grands arbres et l'atmosphère invite au repos, à la quiétude. Ou à la prière si c'est la foi qui guide les pas vers ce Sanctuaire Notre-Dame. Un rocher a été creusé. On l'appelle la grotte parce qu'elle ressemble à celle de Lourdes ; une ressemblance qui obéit à la volonté de l'abbé Paul Élias. En août 1939, quand la guerre est déclarée, ce dernier “confie ses paroisses à Notre Dame”, faisant vœu de lui construire un monument si les hommes du village reviennent de la guerre. Il a respecté son vœu et le sanctuaire accueille chaque année plusieurs dizaines de milliers de visiteurs. Des pèlerinages y ont lieu à Pâques et le 15 août ainsi que des messes chaque troisième samedi du mois.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Timothée Goudeau, non issu du milieu agricole, est actuellement en parrainage sur une ferme bovine à Boisragon.
Pâturage tournant et ACS : Timothée raisonne son projet

À Boisragon, l'apprenti Timothée Goudeau se prépare à reprendre la ferme de bovins allaitants de Philippe Juin, qui part à la…

Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
En attendant l'arrivée des pigeons début septembre, Kenny Violette aménage pour mécaniser au maximum la production.
S'installer en pigeons : un projet sécurisant et familial

Kenny Violette va relancer un élevage de pigeons à Gourgé à la fin de l'été. Un projet qui lui permet d'assouvir son rêve d'…

Publicité