Aller au contenu principal

Rotations de cultures : alterner pour mieux valoriser

Il est temps de réfléchir ses rotations pour répondre au mieux aux besoins des éleveurs caprins.

© J.J.

80% des éleveurs caprins non-pastoraux sont polyculteurs-éleveurs. Les rotations permettent de répondre aux besoins de l’éleveur (alimentation du troupeau, ventes éventuelles) tout en respectant les contraintes du milieu (sol, climat, gestion des bio-agresseurs).
Dans nos systèmes caprins, la prairie, souvent avec légumineuses, est une bonne tête de rotation. Elle permettra d’enrichir le sol en matière organique et en azote, de nettoyer, d’aérer et de structurer le sol, tout en stimulant son activité biologique.


Pour valoriser cela, on poursuit avec des céréales : maïs, blé, orge puis des protéagineux (pois, féverole, lupin…). Certains délais de retour sont conseillés pour limiter les bio-agresseurs : 2 années pour le blé, l’orge, le triticale, le maïs ; 3 années pour le colza ; 4 années pour le pois et l’avoine ; 5 années pour la luzerne et le tournesol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Grâce aux parts prises dans la société, l'exploitant percevra des intérêts et dividendes pendant toute la durée de l'engagement, qui court sur 30 ans. Une façon de créer un complément de retraite issu des énergies renouvelables.
Une société pour partager la valeur du photovoltaïque

La Fnsea 79 poursuit son programme d'accompagnement des agriculteurs au photovoltaïque. Une société dédiée est en cours de…

Christophe LIMOGES, élu Président du Syndicat des Laiteries Charentes-Poitou

Mardi 9 avril, le conseil d'administration du Syndicat des laiteries Charentes-Poitou s'est réuni et a…

Publicité