Aller au contenu principal

Rémunération carbone : les bio dans le doute

Dans le cadre d'un projet étudiant, en partenariat avec la chaire Agriculture biologique et Bordeaux Sciences Agro, sur le stockage de carbone en grandes cultures biologiques, des agriculteurs de la Vienne ont assisté à une intervention sur la rémunération carbone. 

Johanna Manteau (debout à gauche) a présenté l'outil Agri Climate Change Tool Fnab (ACCT Fnab).
Johanna Manteau (debout à gauche) a présenté l'outil Agri Climate Change Tool Fnab (ACCT Fnab).
© Marine Nauleau

Selon le Ministère de l'Agriculture, en 2023, environ 4 000 agriculteurs seraient investis dans le dispositif "bas carbone" mais pas de chiffres concernant la filière bio. "Peu de projets seraient financés à 100%" précise Johanna Manteau, chargée de mission climat à la Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique (Fnab), présente dans la Vienne cette semaine pour présenter à des agriculteurs le principe de la rémunération carbone et l'outil Acct Fnab, (pour Agri Climate Change Tool Fnab). "C'est un outil de diagnostic gratuit qui, contrairement aux autres existants est multifilière et permet de déterminer les leviers sur lesquels l'agriculteur pourra agir sur le bilan carbone de son exploitation". Sorti en mars 2023, 30 conseillers ont depuis été formés l'année dernière pour effectuer les diagnostics.

Ils seront 30 de plus en 2024 pour un objectif de 200 diagnostics en fin d'année. " L'objectif est de créer des statistiques sur les impacts de la bio sur le climat et amener les agriculteurs à la réflexion sur leurs impacts et les adaptations possibles". 

Créer de la statistique, les agriculteurs présents ne semblent pas contre, mais des voix se sont soulevées sur une problématique d'actualité : la rémunération. "Je veux bien faire avancer la cause, dit l'un d'eux, mais on passe un temps fou et il n'y a pas de rémunération derrière". Un autre, en polyculture-élevage, témoigne d'un diagnostic (pas de la Fnab) fait sur sa ferme, avec analyses de sol pour une photographie de l'exploitation mais qui "n'a pas porté ses fruits et nous n'avons pas eu de transformation en euros de ce diagnostic et donc pas de rémunération". Johanna Manteau en convient : "Le diagnostic c'est du temps et de l'argent. Les agriculteurs bios ont déjà fait des efforts qui ne sont pas récompensés et étant donné que les projets bas carbone sont financés sur les marges de progrès, il n'en reste pas forcément beaucoup pour eux. C'est ce qui explique qu'ils n'y vont pas.

Autre explication avancée : "Le prisme carbone efface les prismes biodiversité et eau et les bios souhaiterait que le bloc climat ne soit pas le seul pris en compte dans ce dispositif de rémunération des services de l'agriculture".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Pascal Béhar et Flore Marquis commercialisent leur système sur internet et lors de salons spécialisés.
Faire le plein de bocaux sous vide
Elle cherchait un outil pour conserver les produits alimentaires. Il travaillait dans le monde de la cuisine et a une âme d'…
Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité