Aller au contenu principal

Emploi saisonnier
Quatre-vingts jeunes pour castrer 150 hectares de maïs semence

La SCEA Val d'As prend en charge la production de 150 hectares de maïs semence pour le compte de quatre exploitations. Cette spécialisation de l'activité permet aussi de mieux répondre aux règles exigeantes de l'emploi saisonnier.

Baptiste (sur la photo), Jean-François, Anne-Charlotte... Ils sont 80 cet été, employés par la SCEA Val d'As, à castrer les maïs. Un job d'été pour l'essentiel d'entre eux. Un travail qui demande de la rigueur.
Baptiste (sur la photo), Jean-François, Anne-Charlotte... Ils sont 80 cet été, employés par la SCEA Val d'As, à castrer les maïs. Un job d'été pour l'essentiel d'entre eux. Un travail qui demande de la rigueur.
© N.C.

Si le contrôleur comptabilise plus de 5 autofécondations sur 1 000 pieds, la parcelle est broyée. Nous attendons de nos arracheurs une certaine rapidité. Nous exigeons surtout qu'ils soient attentifs". Chaque année en juin, la SCEA Val D'As, spécialisée dans la production de maïs semences, recrute 80 jeunes pour l'étape de la castration des maïs. En amont de la saison, un travail est mené avec Pôle emploi. Les candidats ont deux samedis pour présenter leur candidature. Les inscriptions se font à la mairie d'Assais-les-Jumeaux. Globalement, il y a autant de demandes que de besoins. De nombreux jeunes reviennent d'une année sur l'autre. La castration du maïs est avant tout un "job d'été "convoité par les lycéens ou étudiants. "Nous leur offrons entre 157 heures de travail sur l'été pour ceux qui font toute la saison et 50 heures pour ceux qui n'interviennent que sur l'étape consistant à arracher les panicules", détaille Jean-Pierre Cesbron, l'un des gérants de l'entreprise. A lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité