Aller au contenu principal

Emploi saisonnier
Quatre-vingts jeunes pour castrer 150 hectares de maïs semence

La SCEA Val d'As prend en charge la production de 150 hectares de maïs semence pour le compte de quatre exploitations. Cette spécialisation de l'activité permet aussi de mieux répondre aux règles exigeantes de l'emploi saisonnier.

Baptiste (sur la photo), Jean-François, Anne-Charlotte... Ils sont 80 cet été, employés par la SCEA Val d'As, à castrer les maïs. Un job d'été pour l'essentiel d'entre eux. Un travail qui demande de la rigueur.
Baptiste (sur la photo), Jean-François, Anne-Charlotte... Ils sont 80 cet été, employés par la SCEA Val d'As, à castrer les maïs. Un job d'été pour l'essentiel d'entre eux. Un travail qui demande de la rigueur.
© N.C.

Si le contrôleur comptabilise plus de 5 autofécondations sur 1 000 pieds, la parcelle est broyée. Nous attendons de nos arracheurs une certaine rapidité. Nous exigeons surtout qu'ils soient attentifs". Chaque année en juin, la SCEA Val D'As, spécialisée dans la production de maïs semences, recrute 80 jeunes pour l'étape de la castration des maïs. En amont de la saison, un travail est mené avec Pôle emploi. Les candidats ont deux samedis pour présenter leur candidature. Les inscriptions se font à la mairie d'Assais-les-Jumeaux. Globalement, il y a autant de demandes que de besoins. De nombreux jeunes reviennent d'une année sur l'autre. La castration du maïs est avant tout un "job d'été "convoité par les lycéens ou étudiants. "Nous leur offrons entre 157 heures de travail sur l'été pour ceux qui font toute la saison et 50 heures pour ceux qui n'interviennent que sur l'étape consistant à arracher les panicules", détaille Jean-Pierre Cesbron, l'un des gérants de l'entreprise. A lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité