Aller au contenu principal

Protéines végétales : gare à la surproduction

En vogue, les légumes secs pour l'alimentation humaine représentent un marché de niche. Les coops et négoces du centre-ouest français sont très attentifs à ce qu'il n'y ait pas de surproduction de la légumineuse-phare, la lentille, en conventionnel.

« On va limiter nos surfaces en lentille en 2019 », informe Loïc Guitton, directeur des productions végétales spécialisées à la Cavac.
« On va limiter nos surfaces en lentille en 2019 », informe Loïc Guitton, directeur des productions végétales spécialisées à la Cavac.
© Cavac

Les lentilles et les pois chiches, sources de protéine végétale, ont le vent en poupe, dans les assiettes des consommateurs. Leur consommation a augmenté de 12 % en 2017, selon la fédération nationale des légumes secs - FNLS -. La lentille représente un tiers de la consommation de légumes secs en France, contre 13 % pour le pois chiche. Dans les rotations des agriculteurs, entre 2016 et 2017, les surfaces dédiées aux lentilles ont augmenté de 62 %, en France, et celles dédiées aux pois chiches de 105 %, selon l'association nationale des interprofessions des légumes secs - Anils -.

L'engouement des consommateurs est dû à leur volonté de manger sain, diversifié, équilibré... et français ! Celui des agriculteurs, selon Simon Ferrari, responsable marketing et achat des productions végétales d'Océalia, est lié aux prix du blé et du maïs. « C'est parce que le blé tendre allait mal que les agriculteurs se sont diversifiés. Ils cherchent à sécuriser leur production. Si on avait du blé et du maïs qui se comportaient bien, en termes de prix, je ne suis pas sûr qu'il y aurait un tel développement des légumineuses », expose-t-il.

Un marché de niche
« Le marché se développe, en conventionnel, poursuit-il, mais il faut être très prudent pour que le prix de la lentille ne s'écroule pas (le prix minimum garanti aux adhérents d'Océalia était de 540 EUR/t de lentilles en 2018, d'après Simon Ferrari ; il était d'environ 700 EUR/t en 2008, NDLR). Il ne faut pas en produire trop ». À Océalia, 1 200 t de lentilles et 200 t de pois chiches ont été collectées en 2018 (première année pour le pois chiche), ce qui représente 0,1 % de sa collecte totale (1 500 000 t). Les légumes secs sont un marché de niche, rappellent les coops et négoces, il faut être d'autant plus attentif pour éviter la surproduction.

« Cela ne fonctionne que si on travaille en filière, avec des débouchés sécurisés. La lentille a du sens dans la rotation. C'est une bonne tête d'assolement, elle a de bonnes vertus agronomiques (lire les témoignages d'agriculteurs, page 4). On a donc beaucoup de demandes des agriculteurs pour en faire : plus de demandes que de surfaces à donner. On va limiter nos surfaces en lentille, en 2019, car le marché est "baissier" », informe Loïc Guitton, directeur des productions végétales spécialisées à la Cavac.

Le pois chiche, « intéressant »
Les contrats passés entre les opérateurs et les agriculteurs portent sur des hectares, et non sur du tonnage, et sont à l'année. En France, au total, indique Loïc Guitton, il y a besoin aujourd'hui de 40 000 ha pour couvrir le marché de la lentille et du pois chiche français, et produire ainsi 40 000 t de lentilles et 30 000 t de pois chiche. En termes de volume, en 2018, la Cavac a collecté 2 500 t de lentilles, produites sur 2 000 ha, et moins de 1 000 t de pois chiches, produits sur 300 ha.
La SAS Démograins (16), du groupe Piveteau, adhérent au Négoce agricole Centre-Atlantique (Naca), est plus spécialisée dans le commerce de pois chiches français que de lentilles. En 2018, elle a collecté 6 000 t de pois chiches, produits sur 3 000 ha en ex-Poitou-Charentes et en Dordogne. Son gérant, Denis Mouilleau, a la volonté « de développer le pois chiche », dit-il. Pour 2019, il contractualise plus de surfaces encore avec ses agriculteurs qu'en 2018, même si le marché « risque » d'être un peu moins bon, confie-t-il.

S'il ne veut pas parler de prix (à Océalia, le prix minimum garanti est 450 EUR/t pour le pois chiche), Denis Mouilleau l'assure : « c'est une culture intéressante pour le producteur, en termes de marge et d'assolement. C'est un bon précédent à une culture de céréales ». Plus délicat à cultiver que la lentille, lorsqu'il quitte le pourtour méditerranéen, le pois chiche attire moins, ici. Sa marge de développement en est d'autant plus grande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité