Aller au contenu principal

Protéines végétales : gare à la surproduction

En vogue, les légumes secs pour l'alimentation humaine représentent un marché de niche. Les coops et négoces du centre-ouest français sont très attentifs à ce qu'il n'y ait pas de surproduction de la légumineuse-phare, la lentille, en conventionnel.

« On va limiter nos surfaces en lentille en 2019 », informe Loïc Guitton, directeur des productions végétales spécialisées à la Cavac.
« On va limiter nos surfaces en lentille en 2019 », informe Loïc Guitton, directeur des productions végétales spécialisées à la Cavac.
© Cavac

Les lentilles et les pois chiches, sources de protéine végétale, ont le vent en poupe, dans les assiettes des consommateurs. Leur consommation a augmenté de 12 % en 2017, selon la fédération nationale des légumes secs - FNLS -. La lentille représente un tiers de la consommation de légumes secs en France, contre 13 % pour le pois chiche. Dans les rotations des agriculteurs, entre 2016 et 2017, les surfaces dédiées aux lentilles ont augmenté de 62 %, en France, et celles dédiées aux pois chiches de 105 %, selon l'association nationale des interprofessions des légumes secs - Anils -.

L'engouement des consommateurs est dû à leur volonté de manger sain, diversifié, équilibré... et français ! Celui des agriculteurs, selon Simon Ferrari, responsable marketing et achat des productions végétales d'Océalia, est lié aux prix du blé et du maïs. « C'est parce que le blé tendre allait mal que les agriculteurs se sont diversifiés. Ils cherchent à sécuriser leur production. Si on avait du blé et du maïs qui se comportaient bien, en termes de prix, je ne suis pas sûr qu'il y aurait un tel développement des légumineuses », expose-t-il.

Un marché de niche
« Le marché se développe, en conventionnel, poursuit-il, mais il faut être très prudent pour que le prix de la lentille ne s'écroule pas (le prix minimum garanti aux adhérents d'Océalia était de 540 EUR/t de lentilles en 2018, d'après Simon Ferrari ; il était d'environ 700 EUR/t en 2008, NDLR). Il ne faut pas en produire trop ». À Océalia, 1 200 t de lentilles et 200 t de pois chiches ont été collectées en 2018 (première année pour le pois chiche), ce qui représente 0,1 % de sa collecte totale (1 500 000 t). Les légumes secs sont un marché de niche, rappellent les coops et négoces, il faut être d'autant plus attentif pour éviter la surproduction.

« Cela ne fonctionne que si on travaille en filière, avec des débouchés sécurisés. La lentille a du sens dans la rotation. C'est une bonne tête d'assolement, elle a de bonnes vertus agronomiques (lire les témoignages d'agriculteurs, page 4). On a donc beaucoup de demandes des agriculteurs pour en faire : plus de demandes que de surfaces à donner. On va limiter nos surfaces en lentille, en 2019, car le marché est "baissier" », informe Loïc Guitton, directeur des productions végétales spécialisées à la Cavac.

Le pois chiche, « intéressant »
Les contrats passés entre les opérateurs et les agriculteurs portent sur des hectares, et non sur du tonnage, et sont à l'année. En France, au total, indique Loïc Guitton, il y a besoin aujourd'hui de 40 000 ha pour couvrir le marché de la lentille et du pois chiche français, et produire ainsi 40 000 t de lentilles et 30 000 t de pois chiche. En termes de volume, en 2018, la Cavac a collecté 2 500 t de lentilles, produites sur 2 000 ha, et moins de 1 000 t de pois chiches, produits sur 300 ha.
La SAS Démograins (16), du groupe Piveteau, adhérent au Négoce agricole Centre-Atlantique (Naca), est plus spécialisée dans le commerce de pois chiches français que de lentilles. En 2018, elle a collecté 6 000 t de pois chiches, produits sur 3 000 ha en ex-Poitou-Charentes et en Dordogne. Son gérant, Denis Mouilleau, a la volonté « de développer le pois chiche », dit-il. Pour 2019, il contractualise plus de surfaces encore avec ses agriculteurs qu'en 2018, même si le marché « risque » d'être un peu moins bon, confie-t-il.

S'il ne veut pas parler de prix (à Océalia, le prix minimum garanti est 450 EUR/t pour le pois chiche), Denis Mouilleau l'assure : « c'est une culture intéressante pour le producteur, en termes de marge et d'assolement. C'est un bon précédent à une culture de céréales ». Plus délicat à cultiver que la lentille, lorsqu'il quitte le pourtour méditerranéen, le pois chiche attire moins, ici. Sa marge de développement en est d'autant plus grande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Méthaniser, pour mieux valoriser ses effluents
  En début d’année prochaine, une unité de méthanisation verra le jour à Sanxay. À sa tête, deux éleveurs qui cherchaient à…
Elise fabrique des tommes et des yaourts de brebis
  Elle est la première dans la Vienne à transformer le lait de brebis en fromages et en yaourts. Élise Breton est en finale du…
Les vêlages d’été, une bonne idée ?
Depuis une dizaine d’années, le Gaec Bodin concentre une partie de ses vêlages en été. Un choix qui lui permet de répondre à la…
Les veaux de boucherie, le projet idéal pour l’installation d’Alexandre
En découvrant sur le tard la production de veaux de boucherie, Alexandre Durand a réuni tous ses critères pour une installation…
Cochons d’Antran: de la vente directe et des gîtes
  Céline Bois, éleveuse de porcs à Antran, et Alexandre Thomas, formateur au lycée agricole de Montmorillon, ont lancé leur gamme…
Une vente qui ne fait toujours pas l’unanimité
  La vente d’une exploitation agricole de plus de 2000 hectares dans la Vienne revient dans l’actualité, avec le choix réalisé…
Publicité