Aller au contenu principal

Foncier
Privés de quelques hectares détournés de leur objet

En bordure de Saint-Maixent, une convention d’occupation précaire a pris fin, mais pas pour être urbanisée. Du maïs a été semé par les nouveaux propriétaires. Un détournement que dénoncent les anciens utilisateurs.

Au premier rang, Florent et Christine Souchard ainsi que leur fils, Mathieu. Au deuxième rang, deux jeunes agriculteurs voisins ainsi que les présidents cantonaux, Bruno Lepoivre et Alain Billerot.
Au premier rang, Florent et Christine Souchard ainsi que leur fils, Mathieu. Au deuxième rang, deux jeunes agriculteurs voisins ainsi que les présidents cantonaux, Bruno Lepoivre et Alain Billerot.
© N. C.

Chaque jour, des terres sont prises à l’agriculture à des fins industrielles, artisanales ou d’aménagements urbains. Une réalité, face à laquelle les agriculteurs ne peuvent pas   grand-chose. Mais les associés Florent Souchard, son épouse Christine et leur fils Mathieu, sur la commune de Saivres, dénoncent un abus dont ils estiment être les victimes. A l’origine, la fin d’une convention d’occupation précaire qui porte sur 4 ha 73 appartenant à la communauté de communes Arc-en-Sèvre, dans la plaine de Courolles. Des terres classées à urbaniser. Jusque-là rien d’anormal. « A tout moment, je savais que je pouvais les perdre, à partir du moment où des porteurs de projets se manifestaient et pouvaient en faire l’acquisition pour des constructions », explique Florent.
Par contre, il conteste la finalité de cet achat, puisque du maïs a été semé par les nouveaux propriétaires, non-agriculteurs, sur les terres en question. « Les industriels ont pris ces terres sans aucun projet véritable à ce jour », dénonce-t-il. L’agriculteur et sa famille estiment « qu’on leur enlève leur outil de production, sans aucun scrupule, sans se préoccuper des incidences économiques ».  « Si leur projet n’était pas prêt, pourquoi n’avons-nous pas pu continuer à les exploiter ?», s’interrogent-ils.
Les membres du Gaec, soutenus par les unions cantonales Fnsea et JA 79 de Saint-Maixent, lancent un appel pour éviter que d’autres s’accaparent du foncier de cette façon, ou d’une autre manière détournée. Ils lancent un appel aux organisations agricoles, à la chambre d’agriculture, à la DDT, aux communautés de communes… « pour que la terre ne soit pas gaspillée ». Ils invitent aussi leurs collègues agriculteurs à venir les rejoindre, « à rester vigilants sur toutes les transactions foncières dans leurs communes ».
Pour Bruno Lepoivre, président cantonal, qui comprend que « les villes ont besoin de se développer », il faut que les industriels et les artisans, dans des cas comme celui-ci, présentent un projet fiable » et qu’il soit mis en place, faute de quoi « des pénalités devront être appliquées ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
En mars 2021, un loup avait été retrouvé à Lathus-Saint-Rémy. Il avait été percuté par un train.
Possibles attaques de loup dans la Vienne
Après de fortes suspicions la semaine dernière dans les Deux-Sèvres des attaques de brebis ont été constatées dans la Vienne…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Publicité