Aller au contenu principal

Santé animale
Premier foyer détecté de MHE dans les Deux-Sèvres

Un foyer de maladie hémorragique épizootique (MHE) vient d’être confirmé ce 23 novembre suite à une suspicion clinique signalée par le vétérinaire appelé dans un élevage sur la commune de Chérigné.

© Ministère de l'agriculture

Un premier foyer de maladie hémorragique épizootique (MHE) vient d’être confirmé ce 23 novembre dans les Deux-Sèvres, au sein d'un élevage de Chérigné.

Apparue pour la première fois en France en septembre 2023 dans le sud-ouest, la maladie hémorragique épizootique a connu une propagation rapide et touche aujourd’hui une quinzaine de départements. Les symptômes les plus courants pour les animaux qui développent une forme clinique sont selon les cas : fièvre, lésions buccales, difficultés respiratoires et un amaigrissement qui en résulte.

Afin de protéger les élevages et éviter la diffusion de la maladie à partir des foyers identifiés, des mesures de surveillance et de prévention sont mises en place : 

  • instauration d’une zone dite «régulée» dans un rayon de 150 kilomètres autour de chaque foyer détecté. Dans le département des Deux-Sèvres, toutes les communes sont incluses dans la zone régulée.
  • au sein de la zone précitée, renforcement de la surveillance sanitaire par les vétérinaires et encadrement des mouvements d’animaux pour les espèces sensibles.

Le principe général est que les bovins, ovins, caprins ou cervidés d’élevages (espèce sensibles) ne puissent pas sortir de la zone régulée. Une liste de dérogations est toutefois établie pour des mouvements spécifiques d’animaux, tel que l’envoi à l’abattoir par exemple.

Des mesures complémentaires ont été prises pour permettre la sortie des espèces sensibles : tout animal amené à quitter la zone régulée doit avoir fait l’objet d’un test individuel de dépistage en laboratoire attestant l’absence de contamination, en complément d’une désinsectisation. Cette désinsectisation, en éliminant le moucheron vecteur du virus, participe à éviter la propagation de la MHE.

Un plan d’action destiné à limiter l’impact de cette maladie pour les filières bovine et ovine est actuellement en cours de déploiement sous le pilotage du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Une des deux lagunes a été découpée dans la nuit de jeudi à vendredi.
Des dégradations en marge des festivités

Il y a quelques jours, une dizaine de syndicats, associations et partis politiques avaient appelé à des actions le long du…

Il est important de distinguer la fusariose du microdochium (exemple ci-dessus), qui ne produit pas de mycotoxines toxiques pour les êtres humains.
Il est encore tempsde protéger les épis tardifs

Les conditions humides courant montaison et les pluies répétées ont pu favoriser le développement de l'inoculum initial, et…

Publicité