Aller au contenu principal

"Pour une agriculture saine et rentable", ils retournent les panneaux

Les Jeunes Agriculteurs ont coorganisé avec la FNSEA16 le démontage et la pose à l'envers de panneaux d'entrée d'agglomération pour protester contre les promesses non-tenues par l'État.

Les Jeunes Agriculteurs de Charente et la FNSEA16 ont répondu à l'appel national de l'action syndicale : "Pas de transition sous pression", en retournant les panneaux d'entrée d'agglomération.

Ils ont choisi de se mobiliser après avoir été reçus par les services de la DDT et de la Préfecture. "Il faut que l'État et les politiques tiennent leurs engagements", estime Fabian Coyaud, ancien président des JA 16 de la Charente.

"Les pneus brûlés et les tas de fumier, ce n'est plus notre priorité. On essaie de mener des actions pacifiques, sans dégradation", explique Yohann Guédon, secrétaire de la FNSEA 16 pour justifier le choix d'avoir démonté et remonté à l'envers des panneaux d'entrée de ville. "C'est une action qui se voit et qui porte plus loin qu'un tas de fumier devant les grilles d'une préfecture. Les personnes qui ne s'intéressent pas à ces questions vont chercher à savoir ce qui se passe", reprend Jérémy Richard, président des JA16.

Budgets sous-estimés

Les revendications ne changent pas. Les griefs portés par les deux syndicats sont nombreux : la perte de revenu, la distorsion de concurrence face aux importations, les contraintes réglementaires sans compensation, l'arrêt de certaines molécules sans alternative satisfaisante en face. Autant de problématiques qui impactent les exploitations et leur pérennité. "On parle de renouvellement de générations, mais si on veut des installations, il faut des agriculteurs qui puissent vivre de leur métier. L'urgence est là", reprend Yohann Guédon. "Les budgets pour la transition agroenvironnementale ont été totalement sous-estimés. On nous demande de faire des investissements qui nous rapporteront zéro. Et de trouver des banquiers qui nous suivent pour ça." Il regrette qu'"on nous demande une agriculture plus blanche que blanche, mais on importe de plus en plus." Et de conclure : "On doit nous accompagner. On veut une agriculture saine, rentable, qui donne du revenu aux agriculteurs."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité