Aller au contenu principal

FNSEA Nouvelle-aquitaine
Politique structurante ou politique d’affichage ?

Daniel Couderc craint que les agriculteurs de Nouvelle Aquitaine ne se retrouvent abandonnés en matière d’investissements. Il lance un dernier appel au Conseil régional qui doit rendre prochainement sa copie.

 

Daniel Couderc est secrétaire général de la FNSEA Nouvelle Aquitaine.
© FDSEA 19

La gestion du second pilier de la PAC est désormais aux mains des conseils régionaux. A quoi les doivent s’attendre les agriculteurs néo-aquitains ?
Daniel Couderc : La région récupère les compétences en matière de politique installation, de politique d’investissements et de mesures agroenvironnementales. De manière générale, nous ne sommes d’accord sur aucune des orientations proposées par la Région. D’une part, elle place l’agriculture au second plan de ses priorités, avec des enveloppes à minima, qui ne permettront de faire, au mieux, que du saupoudrage. D’autre part, elle fait le choix d’une politique particulièrement discriminatoire et empreinte d’idéologie, qui ne colle ni aux réalités, ni aux besoins.  

Quels sont les principaux points de désaccord ?
DC : Le point le plus chaud porte sur l’accompagnement en matière d’investissements. Les affectations budgétaires prévus pour l’ensemble des dispositifs bâtiments, plan végétal, Cuma et diversification ne permettront pas de couvrir les besoins. Comment penser que le chantier de la modernisation des bâtiments d’élevage peut se contenter de mesurettes quand on sait le «plan bâtiments relance» a mobilisé, à lui seul et en moins de 2 ans, 86 M€ en Nouvelle Aquitaine pour plus de 2000 projets. Le seul moyen d’agir avec une enveloppe inadaptée devient alors de la rendre peu attractive. Le plafond d’investissement bâtiment éligible est annoncé à 90 ou 100 000  €, sans lien avec la réalité des coûts. La transparence Gaec, qui fut l’objet de tant de combats, est remise en cause. Les taux ne seront pas bonifiés pour les JA. Et pour finir, l’accès à ces aides sera conditionné par des exigences environnementales allant au-delà du réglementaire. La région Nouvelle Aquitaine cherche à jouer sur tous les plans pour ne pas soutenir son agriculture, alors qu’elle fut la première, au nom de la décentralisation, à exiger le transfert de cette compétence.

A quelques semaines des arbitrages finaux, comment renverser la balance ?
DC : Quand nous avons reçu Alain Rousset en Creuse, nous lui avons démontré, exemples concrets à l’appui, les distorsions de concurrence qui vont s’accentuer entre les éleveurs de Nouvelle Aquitaine et ceux des autres régions. Ce n’est ni une question de générosité, ni une question politique. C’est un choix stratégique. M. Rousset ne peut pas prôner l’agriculture locale et provoquer dans le même temps la fuite des filières vers des environnements plus favorables. Il a finalement accepté que nous rencontrions une nouvelle fois ses émissaires Jean-Pierre Raynaud, vice-président en charge de l’agriculture et Charlotte Nommé, directrice du service agricole. Cette ultime entrevue s’est déroulée fin septembre. Les FDSEA et JA des 12 départements ont renouvelé leurs arguments en faveur d’une politique audacieuse en matière d’installation, de bâtiments, d’adaptation au changement climatique, d’investissements en Cuma. La décision finale revient désormais au président. Il devra choisir entre une politique structurante ou une politique d’affichage.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

François Berthelot
Disparition de François Berthelot

C'est avec stupeur que la rédaction a appris le décès de François Berthelot, mercredi dernier, suite à un accident avec un…

Intempéries de printemps : cas de force majeure reconnu pour tout le département

Les fortes intempéries intervenues en sortie d’hiver et au printemps ont, pour certaines exploitations, empêché les semis…

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Michel Cousseau retrace dans cet ouvrage le récit que son papa lui a fait le jour de ses 92 ans de son enfance, dans les Deux-Sèvres et la Vienne.
La vie des paysans du Poitou dans un livre
Dans son dernier livre, Michel Cousseau raconte la vie presque ordinaire d'Alexandre, son papa. Pas tout à fait ordinaire, parce…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Publicité