Aller au contenu principal

Pas de bascule de printemps pour les eaux souterraines

Le bureau de recherche géologique et minière vient de livrer sa dernière édition de l’état des nappes d’eaux souterraines. Tour d’horizon.

Si la recharge hivernale est plutôt dans la moyenne dans le sud du bassin parisien et vers le pourtour méditerranéen, le reste
du territoire présente des niveaux bas qui inquiètent le BRGM.
Si la recharge hivernale est plutôt dans la moyenne dans le sud du bassin parisien et vers le pourtour méditerranéen, le reste
du territoire présente des niveaux bas qui inquiètent le BRGM.
© BRGM

Traditionnellement, les nappes d’eaux souterraines se rechargent entre septembre-octobre et mars-avril. Lorsqu’arrive le printemps, on parle alors de bascule entre la période hivernale et la période estivale. En 2017, ce moment précis, qui donne une bonne indication du fonctionnement de la pluviométrie et des températures pendant l’hiver et le printemps, n’a pas encore été atteint et la recharge se poursuit. Rien de catastrophique car cette bascule peut encore intervenir pendant le mois de mai.


Cependant, le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM), en charge de ces mesures sur les nappes d’eaux souterraines, attire l’attention sur « une recharge hivernale insuffisante », à la date du 1er avril. « Moins de la moitié des nappes (46 %) affiche un niveau moyen ou plus haut que la moyenne. La situation montre qu’à peine la moitié du territoire a, pour l’instant, commencé à bénéficier de la recharge hivernale attendue pour cette période de l’année. Seuls quelques rares secteurs présentent des niveaux autour de la moyenne voire modérément hauts comme la Lorraine, le sud du Bassin parisien ou la plus grande partie du pourtour méditerranéen. Le reste du territoire présente des niveaux modérément bas voire bas », peut-on lire dans la présentation publiée ce 20 avril. L’explication générale est assez simple : les pluies normalement attendues en période hivernale se sont fait attendre, jusqu’en février. Et si mars a été relativement pluvieux, il a aussi été assez chaud.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité