Aller au contenu principal

Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur ovin estime que ses difficultés sont les mêmes que celles des agriculteurs de son pays de naissance.

"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
© Guillaume de Werbier

Depuis son installation à Bouresse, hors cadre familial, Sébastien Martin a investi dans l'exploitation qu'il a reprise en 2020 : un bâtiment neuf pour la bergerie, un nouveau bardage bois pour la bergerie d'engraissement, du matériel... "En trois ans, la ferme a évolué", explique le jeune éleveur, à la tête d'un cheptel de 650 brebis, qui vient d'agrandir sa SAU pour atteindre environ 200 ha. Dans cette configuration, "je suis censé vivre de mon travail", estime Sébastien Martin. Mais "je n'arrive pas à dégager un revenu. Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture."

Le producteur déplore sa difficulté à se constituer une trésorerie, à cause de difficultés financières qui reviennent régulièrement. En cause, les hausses de charges de ces derniers mois, à commencer par le coût des concentrés. "Je vais acheter moins d'aliments. Maintenant, comme j'ai plus de surfaces en céréales, j'achète déjà moins de correcteur."

Mais cette augmentation de surface, qui lui permet plus d'auto-consommation pour les bêtes, lui a rendu impossible l'accès au renouvellement de la MAEC Élevage pour 2024, dont il bénéficiait depuis son installation. Soit l'équivalent de 10 000 €/an en moins. "Ce n'est pas cohérent car je ne change pas mes pratiques d'élevage. Je vais faire plus de couverts, et je les ferai pâturer aux brebis. Je pense aussi implanter davantage de protéagineux dont la production est aidée en ce moment."

Sébastien Martin livre ses agneaux sous signes de qualité Label Rouge et IGP à Ter'elevage. Leur prix tourne actuellement autour d'environ 9 €. "Si ça continuait comme ça, on s'en sortirait. Mais ce prix ne compense pas la hausse des charges qui ont beaucoup augmenté."

L'éleveur juge par ailleurs excessive la pression des contrôles Pac destinés à vérifier la conformité et le bien-fondé entre la demande déposée et la réalité de terrain. "Ça ne m'est encore pas arrivé, mais c'est ma hantise, même si je fais tout dans les règles. Mais ces contrôles devraient être plus pédagogiques, au lieu que des amendes soient données tout de suite, sans accorder un temps de corrections."

Originaire de Belgique, Sébastien Martin constate que les revendications des agriculteurs mobilisés de son pays, sont les mêmes qu'en France : refus des accords de libre-échange demandes de simplifications administratives, dénonciation de normes européennes incohérentes et demande d'un prix rémunérateur des produits destinés à l'agro-industrie.

Un malaise commun qui s'est d'ailleurs fait entendre à Bruxelles, pendant le Sommet européen, le 1er février dernier, où des producteurs, belges majoritairement, ont exprimé leur colère à l'encontre de l'Union européenne.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité