Aller au contenu principal

Point info installation
« Nous devons apprendre à être réactifs »

La Semaine régionale de l’installation faisait étape en Deux-Sèvres mardi 14 janvier. Au lycée des Sicaudières, il était question d’installation en production de viande bovine.

Mardi 14 janvier, la Semaine de l’installation organisée par les Points info de la région a fait étape en Deux-Sèvres.
Mardi 14 janvier, la Semaine de l’installation organisée par les Points info de la région a fait étape en Deux-Sèvres.
© C. P.

Sylvain et Damien sont à l’écoute. Étudiants en deuxième année de BTS, ces deux jeunes respectivement âgés de 19 et 21 ans comptent parmi les 43 élèves réunis ce matin sur le Campus des Sicaudières. Ce mardi 14 janvier, la Semaine de l’installation organisée par les Points info de la région fait étape en Deux-Sèvres. Ici, dans les ateliers au sein desquels les participants rencontrent les partenaires financiers, économiques et institutionnels des agriculteurs, il est question d’installation en viande bovine. Débouchés, filières, technique de production, financement du projet, sont présentés aux jeunes étudiants pour une bonne part motivés par l’installation, « à moyen ou long terme », en ce qui concerne Sylvain et Damien. A quelques mois de la fin de leurs études, l’un et l’autre envisagent le salariat. Une étape permettant de découvrir de nouveaux horizons, de s’ouvrir de nouvelles perspectives. « Le monde agricole évolue sans cesse. Les projets d’installation sont de plus en plus gourmands en capitaux. Pour compenser l’incertitude liée aux éléments naturels, nous devons être ouverts à toutes les techniques, les opportunités. Nous devons apprendre à être réactifs. »
Antoine Pasquier, agriculteur à La Petite Boissière, l’un des témoins de la journée, encourage les jeunes à prendre le temps de mûrir leur projet notamment lors de la réalisation du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP).
« Pendant cette période il faut aller à la pêche aux informations. Il faut s’approprier son projet. On rencontre beaucoup de personnes. Il faut être ouvert, écouter. De ces échanges naissent des opportunités », témoigne-t-il.

Lire la suite en page 5 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Salarié agricole à Augé, Loïs a combattu les feux en Gironde
Depuis le 18 juillet, une vingtaine de sapeurs-pompiers deux-sévriens, volontaires et professionnels, partent toutes les 72 h en…
Quand les ovins cohabitent avec les arbres
Le concours national Graines d’agriculteurs est organisé par Terres Innovantes, le fonds de dotation de Jeunes Agriculteurs. Il…
Vente aux enchères : « Du jamais vu en Rouge de l’Ouest »

Des prix moyens à 930 € le bélier et trois top prix à plus de 2 500 €, même les plus anciens éleveurs de Rouge de l’Ouest n’…

Des produits locaux, mis en conserve localement
Avec « la Conserverie du Moulin », Axel Patissous a lancé la commercialisation de ses rillettes de porc, de poulet et de plats…
« La modulation des doses est une innovation majeure pour l’agriculture »
Au Gaec la Roche Ruffin, à Pamproux, la modulation des apports d’intrants est entrée dans les pratiques depuis 2018 avec l’…
Moissons : des rendements décevants en Poitou-Charentes
La récolte de céréales dans le département est terminée depuis quelques jours. Les organismes stockeurs font part de leurs…
Publicité