Aller au contenu principal

Nature et convivialité au camping de Chalandray

Ils cherchaient une vie moins stressante. Katherine et Henry Walker ont donc quitté l’Angleterre pour s’installer à Chalandray, où ils ont repris le camping. Visite de cet établissement où la nature et la tranquillité sont de rigueur, dans une ambiance conviviale, « so british ».

Dans la petite épicerie installée à l’accueil du camping du Bois Saint-Hilaire, ce qu’on remarque en premier, ce sont les shamallows. « C’est pour le barbecue ! » lance Katherine Walker. La propriétaire de l’établissement installé à Chalandray est d’ailleurs ravie de montrer le barbecue qu’elle a construit avec son mari, et qui est à disposition des campeurs. « Avec les risques de sécheresse, on l’a construit dans un endroit où il y a peu de risque». De quoi permettre des moments d’échanges entre les clients. C’est justement cette envie de convivialité qui a poussé Kartherine et son époux, Henry Walker, à reprendre le camping. « J’ai toujours passé mes vacances en France dans des campings ». Alors quand elle, qui était avocate, et lui, qui occupait un poste de chef de projet, ont eu envie de quitter l’Angleterre et rejoindre l’hexagone « pour une vie moins stressante », c’est cette activité qu’ils ont rapidement choisie. Arrivés il y a 7 ans avec leurs enfants, à l’époque âgés de 5 et 8 ans, ils ont opté pour l’établissement du Poitou, après des recherches sur internet. En plus des 31 emplacements du site qui s’étale sur 31ha, le camping propose des mobile-homes, mais aussi des tentes tipi, caravane au look rétro, loge safari et tente coco-sweet. Des hébergements atypiques et dépaysants qui attirent chaque année une clientèle variée : des retraités en basse saison aux familles et amis durant l’été. En dehors des blocs sanitaires habituels, espaces de jeux pour enfants, minigolf, et autre piscine, le couple d’Anglais a imaginé des cuisines partagées extérieures, qui permettent de créer une vraie convivialité entre campeurs. « Il y a parfois des parties de cricket » s’amuse Katherine Walker.

Clientèle internationale

Des initiatives qui émanent souvent des enfants, qui sympathisent facilement avec leurs voisins, passant sans problème au-dessus de la barrière de la langue. Car dans ce camping, seulement un tiers des clients sont français. Les autres sont anglais ou néerlandais, et sont unanimes sur les raisons de leur venue ici pour leurs vacances : le soleil, la nature. À l’image d’Henri Lupi-Lawrence. Venu d’Angleterre avec des amis habitués du site, il est fan du calme qu’il a trouvé sur place. À ses côtés, Barney Hosey vient lui pour la 5e fois et aime le côté rustique et sécurisé de la loge safari qu’il a loué pour deux semaines. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
En mars 2021, un loup avait été retrouvé à Lathus-Saint-Rémy. Il avait été percuté par un train.
Possibles attaques de loup dans la Vienne
Après de fortes suspicions la semaine dernière dans les Deux-Sèvres des attaques de brebis ont été constatées dans la Vienne…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Publicité