Aller au contenu principal

Blé tendre
L’incidence de l’augmentation des charges de production du blé

La hausse de 6,5% des charges de la production du blé se répercute lourdement sur le coût de production, de la récolte de 2011.

Des charges en blé tendre en hausse de 6,5% en 2011 par rapport à 2010 : c’est l’estimation issue de l’observatoire Arvalis-Unigrains. Les charges « complètes » (lire en encadré) se situeraient autour de 1546 €/ha, un chiffre qui s’aligne sur le niveau de 2009 (voir graphique en pièce jointe). Cette hausse s’explique principalement par des prix d’engrais supérieurs à ceux de l’an dernier. L’augmentation des carburants (+25%) et des amortissements (+6%) accentue cette progression. Les autres postes ont progressé de 2 à 4 %, exceptés les produits de protection des cultures, dont les prix ont légèrement reculé (-1%).
Comme les années précédentes, les charges qui pèsent le plus sont par ordre décroissant les amortissements (17 %),  les engrais (12 %), les produits de protection des cultures (11 %) et le foncier (11 %). Viennent ensuite les charges de main-d’œuvre (9% de rémunération familiale et 8 % de salaires et charges sociales). Ces six postes cumulent 68 % du total des charges.
Le rendement moyen du blé estimé par le même observatoire est de 7,1 t/ha. Le coût de production « complet » s’élèverait ainsi à 217 € par tonne de blé produite (voir graphique en pièce jointe). Exprimé en indice, base 100 en 2010, il se situe à 118, et augmente donc de  18% par rapport à 2010. C’est le niveau le plus élevé atteint lors des six dernières récoltes : il reflète la conjonction de charges élevées et d’un rendement marqué par la sécheresse du printemps 2011. Cette valeur moyenne cache cependant une grande disparité de situations due à la forte variabilité des rendements cette année, entre les régions comme à l’intérieur d’une même région.
Cette première estimation permet de calculer un prix d’opportunité du blé, défini comme le prix minimum de vente capable de couvrir la totalité des charges complètes, compte tenu des aides reçues ramenées à la tonne. Celui-ci s'élèverait à environ 176 €/t.

BHBMEYHG_0.pdf (121.62 Ko)
Légende
Le coût de production "complet" à la tonne, ainsi que le prix d'intérêt, sont les plus élevés des six dernières récoltes
BHBMEYHG_1.pdf (97.77 Ko)
Légende
Les charges "complètes" du blé tendre, à la récolte 2010, sont proches du niveau de 2009
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité