Aller au contenu principal

L’importance de semer un bon couvert

La FD Cuma des Charentes organisait le 2 septembre, en partenariat avec Eau17, une demi-journée à St-Simon-de-Pellouaille consacrée au choix des espèces et du matériel pour obtenir une bonne couverture végétale du sol.

Les agriculteurs présents ont scruté avec attention le travail effectué par les différents semoirs lors des démonstrations successives.
Les agriculteurs présents ont scruté avec attention le travail effectué par les différents semoirs lors des démonstrations successives.
© AC

CIPAN, CIVE… Ces acronymes font aujourd’hui partie du vocabulaire agricole commun. Mais qu’elles soient pièges à nitrates ou à valeur énergétique, les cultures intermédiaires, aussi appelées couverts, posent encore question chez beaucoup d’agriculteurs. C’est ce qu’a constaté Nicolas Figeac, animateur à la FD Cuma des Charentes, qui suit trois ‘‘groupes Sol’’ s’intéressant à ce sujet. « Sur la couverture des sols, il y a des attentes et des problématiques », explique-t-il. D’où l’organisation d’une demi-journée technique, le 2 septembre, en coopération avec le programme Re-Sources. L’événement a été organisé à St-Simon-de-Pellouaille, à proximité de l’aire de captage de Lucérat. Le secteur, qui alimente notamment Saintes en eau, est classé prioritaire en raison de la pression que font peser les activités industrielles, mais aussi agricoles, sur la qualité des nappes. « Au niveau des phytosanitaires, on a des molécules assez problématiques qu’on retrouve assez régulièrement, à des taux supérieurs aux normes », dévoile Maïder Barreix, animatrice Re-Sources d’Eau 17, citant entre autres l’atrazine ou le métazachlore. D’où l’importance du respect de la couverture des sols pour préserver la qualité de l’eau.

Encore faut-il prendre les bonnes décisions au moment de l’implantation de ces couverts. Devant la vingtaine d’agriculteurs et techniciens présents, Nicolas Figeac a présenté les clés d’une bonne culture intermédiaire, comme l'utilisation d'un mélange varié. Puis l'hôte du jour, Olivier Boucherit, a évoqué son retour d'expérience sur les différentes combinaisons de semences que son groupe a expérimenté. Enfin, les agriculteurs ont pu découvrir trois semoirs, en statique puis en démonstration dynamique avec semences de sorgho et de tournesol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité