Aller au contenu principal

Les systèmes porcins retrouvent le chemin de la rentabilité

Le revenu des éleveurs de porcs progresse dans les deux systèmes spécialisés à lien au sol faible et moyen et reste stable dans le système à fort lien au sol.

L’élevage porcin en faible lien au sol profite d’une conjoncture favorable pour atteindre un bon revenu, ce qui ne permet cependant pas de résorber la perte cumulée de trois dernières années.
L’élevage porcin en faible lien au sol profite d’une conjoncture favorable pour atteindre un bon revenu, ce qui ne permet cependant pas de résorber la perte cumulée de trois dernières années.
© N.C.

La baisse du prix des aliments du commerce (- 5,6 %) se poursuit en 2016 du fait de l’abondance mondiale en céréales et de la détente sur le prix du tourteau de colza (- 15 %). Les mauvais rendements des cultures ont cependant contraint les fabricants d’aliment à la ferme à plus d’achats de céréales (+ 13 à + 16 %), mais dans un contexte de prix à la baisse. Les charges liées aux surfaces en cultures sont en très légère baisse (- 2 %), alors que les charges de structure se stabilisent malgré la baisse du prix du carburant (- 15 %).


Concernant le marché de la viande, l’année 2016 est marquée par le retour aux achats de la Chine, qui s’accentuent au fil des mois. Sur un an, les exportations européennes vers ce pays progressent de 66 % en volume par rapport à 2015. Porté par cette demande et par la baisse de l’offre, le prix français du porc payé progresse de 5,5 ct €/kg en 2016 (+3,9 %).


Les résultats suivants sont issus des cas-types porcins spécialisés bâtis par les chambres d’agriculture des Pays de la Loire. Ils sont chiffrés à système technique constant, à l’exception des rendements végétaux, et mesurent les effets de la conjoncture. Ces résultats s’appuient sur les performances techniques du tiers supérieur en gestion technico-économique porcine. Ils sont détaillés pour trois systèmes spécialisés naisseur-engraisseur disposant de plus ou moins de surfaces de cultures. Le système à faible lien au sol (moins de 0,10 ha SAU/truie) comprend un UTH familial. Les deux autres systèmes (respectivement 0,35 ha SAU/truie pour le moyen et 0,70 ha SAU/truie pour le fort) comptent deux UTH familiaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Agathe Raimbert est installée en son nom et est salariée de son conjoint sur une exploitation bovin viande à Saint-Pierre-de-Maillé.
Une agricultrice candidate aux Européennes
Elles ont lieu dans un peu plus de 4 mois, mais les élections européennes ne soulèvent pas un entrain important. Dans la Vienne,…
Johnny et Thierry Boisson partagent la même impression sur la complexité administrative.
"Toujours des craintes pour l'avenir de l'exploitation"
Les manifestations agricoles de ces dernières semaines ont montré une complexité administrative et une dépendance à la Pac qui n'…
Estelle et Pascal Giraudeau fabriquent des pâtes et de la farine avec le blé, tendre et dur, produit sur l'exploitation.
Avec un bon blé, on fait des bonnes pâtes
À la recherche de valeur ajoutée sur leur production de blé, Pascal et Estelle Giraudeau ont décidé de faire de la farine, et des…
"Ce qui me ronge le plus le matin, c'est de m'assurer que je vais bien pouvoir régler telle ou telle facture", confie Sébastien Martin.
Ovins : "Je n'arrive pas à dégager un revenu"

Jeune installé dans la Vienne, Sébastien Martin est venu pour la première fois manifester. Originaire de Belgique, cet éleveur…

Blocages des cinq principaux Leclerc des Deux-Sèvres pour réclamer de la transparence

Toute la journée du 23 février, les tracteurs de la Fnsea 79 et de JA 79 ont bloqué les accès aux parkings des magasins…

Jason Morisson installe son food-truck quatre soirs chaque semaine à Claix, Champniers, Soyaux et Linars.
Rainbow Burger sublime les goûts et les couleurs 
Jason Morisson a créé en octobre 2022 son food-truck de burgers faits avec des produits charentais. 
Publicité