Aller au contenu principal

Manifestation
Les producteurs veulent un prix avant des volumes

Une vingtaine d’éleveurs sont allés interrompre les travaux du Brilac lundi 15 octobre. Une action impromptue destinée à toucher en un seul lieu, en une seule fois, l’ensemble des entreprises laitières.

Conduite par Thierry Jayat, la délégation syndicale a fait irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac.
Conduite par Thierry Jayat, la délégation syndicale a fait irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac.
© C. P.

« Pas de prix, pas de produit », voici le message que les éleveurs, mobilisés par la Fnsea 79, sont allés porter aux entreprises laitières lundi 15 octobre. Vers 15 heures, ils étaient une vingtaine à faire irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac. A Echiré, les producteurs se sont imposés. Surpris par cette arrivée impromptue, les représentants de Bongrain, Terra Lacta, Lactalis, Eurial, Sèvre et Belle  n’ont eu d’autres choix que d’écouter. « Nous nous permettons de vous interrompre parce qu’il y a urgence », commençait Thierry Jayat, chef de file. « La trésorerie fait cruellement défaut dans nos élevages. Depuis deux ans pour enrayer la crise liée à des surstocks dont vous aviez juré faire votre affaire, les producteurs ont laissé beaucoup d’argent. » Le collectif, remonté et déterminé, n’est passé sur aucun des efforts réalisés par le maillon production d’une filière au sein de laquelle tous aimeraient voir renaître un peu de solidarité.  « 40 euros les 1000 litres abandonnés, une amputation des volumes acceptée, la grille cellules appliquée… » Le sacrifice est tel qu’au mois d’août de cette année la production a brutalement décroché. « Les litrages sont en baisse de 6,7%. Il y aurait 20 000 chèvres en moins dans les élevages. Sans signe positif, à ce rythme-là, c’est une baisse de 10 % de la production que vous aurez à gérer l’an prochain au moment où le lait fera défaut », alerte Jean-François Bernard, président du collège production du Brilac.

Lire la suite en page 3

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

Un collectif s'est constitué pour faire une offre de rachat de la Ferme de la Combe.
Adriers : une vente d'exploitation controversée

Membres de la Confédération Paysanne 86, adhérents de l'association des Prés survoltés, élus et particuliers : ils…

Roxane et Abdarrahman Wadih dans le food-truck : "Chez Wadih cheese naan".
Un food-truck aux saveurs indiennes débarque à Barbezieux
Abdarrahman Wadih lance son food-truck de naans, une spécialité de pain indien, à Barbezieux. Ouverture prévue le 13 mai.
Vendredi dernier, Hervé Jacquelin constatait que le niveau du Salleron était plutôt haut.
Hmuc : des objectifs inatteignables ?
Si l'étude Hmuc de la Creuse était appliquée, plusieurs rivières de la Vienne auraient déjà été en alerte. C'est le cas du…
Lionel Simon (2e à gauche), entouré de ses salariés : Dylan Jaulin, Flavie Gourbault, Floriane Cousineau.
"Je fais du lait en individuel avec des salariés"

Suite au départ de son associé, Lionel Simon, à La Peyratte, a choisi de garder le troupeau laitier et d'organiser la main d'…

Pour Julien Dupuis, de l'Earl La Mardière à Saivres, la collaboration avec le restaurant O La Vache représente autant une amitié professionnelle forte qu'un débouché intéressant.
O' La vache, la belle histoire de l'éleveur et du restaurateur

La brasserie conviviale, zone Mendès-France à Niort, rouvrira le 3 juin. Depuis 2019, elle met à la carte de la viande…

Le site Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent arrive à saturation de sa capacité de production.
Eurial déménage son usine de fromages de chèvre

Le déménagement de l'usine Soignon de Saint-Martin-de-Saint-Maixent, appartenant à la coopérative Eurial (…

Publicité