Aller au contenu principal

Les ovins de la Vienne à l'honneur au Sia

Dans la liste des animaux du département présents au salon de l'agriculture, Porte de Versailles, les ovins sont les plus nombreux. Et ils se sont cette année encore particulièrement démarqués.

Il n'imaginait sûrement pas repartir les bras si chargés. Éleveur à Nieuil-l'Espoir, Philippe Berger a en effet fait carton plein lundi dernier avec ses ovins Île-de-France, puisqu'il a remporté pas moins de dix médailles, dont le prestigieux prix d'ensemble. Une fierté que l'agriculteur attribue au travail de l'ensemble des éleveurs. "Nous travaillons tous à redynamiser une production qui était tombée en désuétude".

Dans l'allée des moutons Vendéens, Kévin Sicard (Saint-Maurice-la-Clouère) repart lui avec 3 médailles, Mégane Parthenay avec 2 prix et Benoit Billy (Ayron) avec 1 médaille. Ce dernier remporte repart aussi avec une nouvelle plaque à accrocher dans la race Rouge de l'ouest.

Enjeux de filière

Un engagement des éleveurs tout autant applaudi par Patrick Soury. Éleveur en Charente, il est aussi président du GIE Centre Ouest, qui œuvre pour faire progresser la qualité de la viande produite et faciliter la commercialisation des carcasses. "Nous comptons 600 éleveurs engagés dans nos démarches, soit 190 000 brebis". Dans la Vienne, 190 agriculteurs produisent chaque année 80 000 brebis. "Nous résistons plutôt bien à la baisse de la consommation", assure Patrick Soury, qui rappelle que le GIE est le premier organisme de défense et de gestion de France en termes de volumes.

Mercredi, la structure organisait également sa désormais traditionnelle vente aux enchères. Une opération qui permet souvent d'atteindre des prix largement au-dessus des cours. Les 6 lots de 3 animaux qui étaient proposés à la vente, dont deux originaires de la Vienne (des élevages de Philippe Berger à Nieuil-l'Espoir et Vincent Bossis à Vernon) se sont vendus entre 2 700 et 3 200 euros. Alors quand on demande si avec ce type de vente, on ne vend pas un peu du rêve, Patrick Soury rappelle que "c'est surtout l'excellence qu'on vend !"

Des montants qui sont d'ailleurs divisés à parts égales entre tous les éleveurs qui participent à la vente aux enchères.

Une vente durant laquelle un hommage appuyé a été rendu à Boris Labrousse, animateur du GIE Ovin, disparu en novembre dernier, qui avait beaucoup œuvré pour cet évènement. 

Des médailles et prix de vente qui n'effacent pas les difficultés de la filière. "Nous avons un gros challenge pour le renouvellement des éleveurs, mais aussi des responsables" rappelle Patrick Soury.

Dans les assiettes

Parmi les clients des éleveurs, il y a notamment les restaurateurs, comme Thomas Fournier. Pour son restaurant La Châtellenie, à Availles-Limouzine, il a acheté l'été dernier une dizaine de carcasses entières. Ce qui lui permet de proposer des plats très variés durant la grosse période de production, du navarin d'agneau au pâté en croûte, en passant par des morceaux cuits en basse température. "On ne choisit pas la facilité, en travaillant tous les morceaux, mais c'est un peu un défi, et j'aime ça !". L'objectif du chef est aussi de faire découvrir l'agneau aux plus jeunes, en proposant, comme il l'a fait cette semaine au Sia, des préparations surprenantes : croque-monsieur, paninis, et autres burgers à l'agneau. "On aime montrer différentes façons de manger de l'agneau". Et s'il aime aussi travailler cette viande, c'est aussi pour son ancrage local. "Pour les touristes que nous accueillons au restaurant, c'est un produit emblématique. Dans les alentours, on voit des moutons partout dans les champs".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Caracterres.

Les plus lus

L'atelier des 6 Vallées réunit des producteurs de la Vienne et des Deux-Sèvres.
L'Atelier des Vallées prend forme
L'atelier collectif de découpe et de transformation de produits locaux des Vallées devrait voir le jour début 2026 à Coulombiers…
Les membres du syndicat de la race Limousine des Deux-Sèvres ont acté une présidence partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault.
Deux présidents pour la Limousine

La présidence du syndicat deux-sévrien de la Limousine est désormais partagée entre Bruno Valadeau et Killian Girault, un…

Baptiste Conreaux amène les commandes de fruits, légumes, jus et œufs à la porte de ses clients.
Des produits locaux livrés à domicile

Si la demande de livraison de fruits et légumes locaux était forte pendant la crise sanitaire, elle s'est bien estompée ces…

Laurette Didière vient de créer son agence Charentes In Flow.
Découverte touristique sur-mesure des Charentes
Laurette Didière créé une agence de tourisme réceptive : Charentes In Flow.
La Chambre d'agriculture de Charente (représentée par son président Christian Daniau) a porté le dossier pour tout le Poitou-Charentes. Aux manettes : le service Environnement, dirigé par Audrey Triniol.
La MAEC zone intermédiaire financée en intégralité
Tous les agriculteurs éligibles à la mesure agro-environnementale et climatique "zone intermédiaire en Poitou-Charentes", qui en…
Guillaume Roux et Cassandra Bœuf veillent sur leurs escargots.
Nouveaux anges gardiens pour les cagouilles
Cassandra Bœuf et Guillaume Roux ont repris la Cagouille charentaise, à Mons. L'exploitation hélicicole va déménager dans les…
Publicité